AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 millie + In three words I can sum up everything I've learned about life: it goes on.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar



« Les défaites de la vie conduisent aux grandes victoires. »

> arrivé(e) le : 12/08/2014
> messages : 301
> pseudo : keep smiling
> double compte : Emma, Romy & Grace
> avatar : Nina Dobrev
> crédits : chevalisse
❥ statut civil : Célibataire.
> métier : assistante d'un parfait connard
> immeuble : Kennedy
> appartement : #21A
> pêchés mignons : adore le chocolat + est attirée par son chef sans le savoir
> points : 77

> More about me
> address book:
> to do list:

MessageSujet: millie + In three words I can sum up everything I've learned about life: it goes on. Lun 5 Jan - 9:37


millicent hawkins
« - LA CLE QUE JE VOUS AI DONNE, C'ETAIT POUR LES CAS D'URGENCE ! - EH BIEN, C'EN ETAIT UN : ON AVAIT PLUS DE TACOS. » - FRIENDS

✽ ✽ ✽

nom & prénom(s) ☆ millicent hawkins surnom(s) ☆ millie. date, lieu de naissance ☆ 23 avril 1987, Phoenix âge ☆ 27 ans. origines ☆ américaines. activité professionnelle ☆ assistante dans un cabinet d'avocat situation amoureuse ☆ célibataire. caractère ☆ amusante + a du répondant + intelligente + maligne + têtue + jalouse + téméraire + perfectionniste + généreuse groupe ☆ chili con carne


Even at my worst, I'm best with you


Ici il vous suffit de cocher la bonne réponse, enfin celle qui vous correspond le mieux car il n'y a pas de bonne ou mauvaise réponse... vous devez simplement enlever le "un" devant le "unchecked"....

+ Si ton ami t'appelle à trois heures du matin pour l'aider à se sortir d'une situation, que fais tu?
Tu ignores son appel, oui c'est ton ami mais tu as besoin de sommeil aussi.
 Tu te lèves en quatrième vitesse et tu prends ta pelle, ne sait-on jamais ce qui peut se passer.
Tu lui dis d'appeler la police, hors de question que tu sois mêlé à une histoire louche.
Tu prends ta carte bleue et va payer la caution, sauf si celui-ci est dans un autre État ou si cette caution est démesurément élevée.

Quand tu rentres du boulot après une dure journée, tu es plutôt:
Petite sortie entre amis, rien de tel pour se changer les idées.
Tu restes au calme chez toi et débranche ton téléphone.
Petite soirée avec ton amoureux/amoureuse: un dîner et un film.
Tu vas directement dans ton frigo attraper ton pot de glace et la bouteille de vodka. Tu déprimes pour la soirée!

Tu es quel genre de coloc:
Celui qui ne ramasse rien, et qui attends patiemment que les autres le fasses pour toi.
Tu fais ta part des corvées, tu as même instauré le planning des tâches.
Tu respectes le code de colocation, tu fais même signer un contrat à tes colocs pour ne pas avoir de surprise.
Tu préfères vivre seul(e) au moins aucune contrainte, tu es le maître de ton appart un point c'est tout.

Qu'est ce que l'amitié pour toi?:
C'est faire des trucs stupides du moment que tous tes amis le font.
Tu peux vivre sans après tout, on ne peut compter que sur soit même.
C'est indispensable. Tu ne peux pas vivre sans tes amis.
C'est un moyen d'avoir des gens à qui demander de l'aide quand on en a besoin sans pour autant faire d'efforts de son côté.

Ton voisin du dessous ressembles plus à :
Barney Stinson, tu as du mal à suivre sa vie amoureuse.
Mr Heckles avec son chat... il n'arrête pas de se plaindre du bruit que tu fais.
Tu n'as jamais vu ton voisin. Mais j'ai un voisin au dessous?
Un serial Killer et donc tu préfères l'éviter au maximum. On ne sait jamais et tu ne veux pas finir découpé en morceau dans sa cuisine.

Si tu croises ton voisin/ta voisine hyper canon dans les couloirs très peu vêtu, quelle est ta réaction ?
Tu n'hésites pas une seconde et vas le/la draguer
Tu deviens rouge comme une tomate, bafouille un bonjour et pars précipitamment
Tu n'y prêtes même pas attention, de toute façon t'as l'habitude
Tu admires pendant quelques secondes et tu pars sans un mot


QUE PENSEZ VOUS DE L'AMITIE Pour moi c'est la chose la plus importante au monde. Je ne sais pas ce que je ferais sans mes amis et j'adore passer du temps avec eux. Je suis assez du genre à organiser des soirées entre amis chez moi histoire de se retrouver et de rigoler pendant toute une soirée. C'est beaucoup trop important pour que je laisse mes amis de côté. VOTRE MEILLEUR SOUVENIR Les soirées que je passe avec ma soeur à discuter de tout et n'importe quoi, à refaire le monde, etc. Ce sont certainement les meilleurs souvenirs que j'ai. UNE ANECDOTE MARRANTE Lorsque j'ai emménagé dans mon immeuble, j'ai demandé à l'un de mes voisins de m'aider à porter quelques cartons. Malheureusement celui-ci a décidé de prendre le carton remplis de mes sous-vêtements qui est tombé dans les escaliers et c'est ouvert. Autant vous dire que je suis devenue rouge tomate en l'espace de quelques secondes. Mais au final on a tous les deux beaucoup rigolé VOTRE VOISIN IDEAL Le voisin idéal ? Je ne sais pas exactement, certainement pas quelqu'un comme moi. Je sais que j'ai tendance à être un peu trop bruyante et que ça ne plaît pas à tous mes voisins. Après j'aimerais bien des voisins sympathiques, qui disent bonjour à chaque fois que je les croise, voire qui discute un moment avec moi. Bref, des voisins sympathiques qui ne m'emmerderont pas quand je fais un peu trop de bruit le soir. Si c'est possible bien sûr... 20 CHOSES A SAVOIR SUR TOI(tics, manies, habitudes) le matin je suis toujours obligée de boire mon café, sinon je suis de mauvaise humeur pour le reste de la journée + je ne suis vraiment pas du genre à me laisser marcher sur les pieds et à m'écraser dans un coin, quand j'ai quelque chose à dire, je le dis sans passer par quatre chemins + j'adore tout ce qui concerne le cinéma, je regarde énormément de séries à la télé et je vais très souvent au cinéma + j'ai été très touchée par la rupture avec Wayne, il y a de ça 6 ans en arrière. Je pense ne pas vraiment pouvoir refaire confiance aux hommes à cause de lui + lorsque je suis un peu stressée j'ai tendance à jouer avec mes doigts ou à manger tout ce que je trouve + je suis très consciencieuse dans mon travail, j'aime que les choses soient bien faites + je ne supporte pas qu'on vienne me déranger quand je suis concentrée dans mon travail + je ne supporte pas mon boss, mais ma fois je n'ai pas le choix de faire avec + je ne sais pas ce que je ferais sans ma soeur Linly qui a toujours su m'aider dans tous mes problèmes + j'ai un rire très communicatif + lorsque je suis de mauvaise humeur il vaut mieux ne pas me parler + pour moi les hommes sont tous des abrutis + j'ai un faible pour mon boss, mais je ne le sais pas encore + j'ai toujours adoré faire la fête et je pense que ce côté-là ne changera jamais + je suis certainement devenue la voisine la plus insupportable aux yeux de beaucoup de mes voisins, mais je m'en fiche + j'adore voyager + je passe beaucoup de temps dans la salle de bain le matin pour me préparer avant d'aller travailler ou avant de sortir + je porte beaucoup d'importance à mon apparence + je suis très maniaque + j'aime ma vie actuelle.
hors-jeu:
 


Dernière édition par Millicent Hawkins le Mer 28 Jan - 11:40, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



« Les défaites de la vie conduisent aux grandes victoires. »

> arrivé(e) le : 12/08/2014
> messages : 301
> pseudo : keep smiling
> double compte : Emma, Romy & Grace
> avatar : Nina Dobrev
> crédits : chevalisse
❥ statut civil : Célibataire.
> métier : assistante d'un parfait connard
> immeuble : Kennedy
> appartement : #21A
> pêchés mignons : adore le chocolat + est attirée par son chef sans le savoir
> points : 77

> More about me
> address book:
> to do list:

MessageSujet: Re: millie + In three words I can sum up everything I've learned about life: it goes on. Lun 5 Jan - 9:37


Your job's a joke, you're broke, your love life's D.O.A.


Des bruits de talons irréguliers se faisaient entendre dans les rues de Phoenix et ces bruits de talons c'était moi, Millicent Hawkins, qui était entrain de les produire. J'avançais d'une démarche peu assurée sur mes hauts talons, légèrement décoiffée, les yeux tout justes entrouverts. Je m'étais déjà tordue la cheville une bonne dizaine de fois sur le chemin du retour, mais ça m'était égal. Cette douleur n'était rien comparée à celle que je pouvais ressentir au niveau de mon crâne. Une soirée beaucoup trop arrosée qui s'était terminée chez un mec dont je ne me rappelais même pas le prénom et je me retrouvais aujourd'hui à devoir subir la marche de la honte. Ce fameux retour à la maison alors qu'on est encore complètement soûl de la veille et qu'on ne se souvient que du trois quart de la soirée. J'avais honte, ça c'était certain. Pour le moment heureusement je n'avais croisé que très peu de personne et la rue qui menait jusque chez moi approchait. En tournant le coin de la rue, je remarquais qu'aucun de mes voisins n'étaient encore dehors. Tant mieux, ça m'éviterait quelques remarques désagréables et surtout qu'ils en informent mes parents... Eux qui sont si stricts, ils ne supporteraient pas de savoir que leur fille est rentrée au petit matin encore ivre. En arrivant chez moi je me dépêchais donc de monter me coucher, en priant pour que mes parents n'aient absolument rien entendu. Je me jetais sous mon duvet et fermais les yeux en me jurant que plus jamais je ne ferais autant la fête. C'était ce que j'avais dit lors de la dernière soirée, mais au final à ce niveau-là je n'avais aucun caractère. J'avais seize ans et j'étais sans aucun doute une des plus grandes fêtardes de mon école. J'étais prête à m'endormir lorsque j'entendis la porte de ma chambre s'ouvrir Je laissais échapper un grognement de mécontentement et me redressais pour voir qui osait me déranger aujourd'hui. C'était ma grande soeur, Linly. Un mince sourire s'étira sur mon visage et je lui dis. « Salut toi. » J’avais ma fameuse petite voix des grands jours et je savais que Linly allait me trahir directement. « Ouh lala à entendre ta voix ta soirée s’est terminée bien plus tard que la mienne, je me trompe ? » Je poussais un soupir et me redressais tant bien que mal dans mon lit. A ce niveau-là, elle me connaissait par cœur. En même temps je pense que pour beaucoup de points on se ressemble toutes les deux. Elle est sans aucun doute la personne la plus importante à mes yeux et aussi celle à qui je ne peux rien cacher. Pas même une gueule de bois. « Oh si tu savais, je ne me souviens même pas du trois quarts de ma soirée ! » Je n’avais que quelques flashs de cette soirée qui était sans aucun doute géniale. Je savais que je m'étais éclatée comme une folle avec mes amis, mais qu'est-ce qu'il s'était passé exactement, ça je n’en avais pas le moindre souvenir. « J'espère que papa et maman n'ont rien entendu. T'as dormi où ? » J’ouvris de grands yeux et écrasais ma main contre mon front. La soirée me revenait petit à petit en tête. « Oh j'ai dormi chez un mec. Je ne sais pas qui c'était. » Je sursautais à nouveau alors que ma soeur poussait un petit cri suite à mon commentaire. « Dormi chez un mec ?! Tu rigoles ? » Je laissais échapper un soupir. C’était une catastrophe. Je ne savais même plus qui était ce mec, son âge, rien du tout. « Non, non je crois bien que c’est ce qu’il s’est passé. »

La conversation entre ma soeur et moi s'était rapidement terminée. Du bruit dans la chambre de nos parents nous indiquait qu'ils étaient réveillés et Linly s'était empressée de retourner dans sa chambre. Ce n'est que plus tard que je retournais dans la chambre de ma soeur pour continuer notre petite conversation. « Bon alors, on en était où ? » Je pris place sur le lit de ma soeur à côté d'elle. Cette soirée avait été particulière et j'étais persuadée d'avoir fait une connerie. Ma soeur afficha un petit sourire en coin avant de me répondre. « Tu me parlais du mec chez qui t'as dormi. Tu sais qui c'était au moins ? » Si je savais qui c’était ? Bien sûr que non. Je ne savais même pas son prénom, peut-être me l’avait-il dit, mais je ne m’en souvenais absolument pas. J'affichais une petite grimace avant de lui répondre. « Aucune idée et je m’en fiche complètement. » Ma soeur poussa un soupir avant de me répondre. « Tu t’en fiches, sauf que si ça se trouve ce mec a 10 ans de plus que toi et qu’il est marié. » Je me redressais immédiatement sur le lit et regardais ma soeur avec de gros yeux. Marié ? Et si elle avait raison ? Je risquais d'avoir sa femme qui va débarquer ici. Qu'est-ce que je serais censée lui dire ? Et mes parents... « Non, tu racontes n’importe quoi Linly, ce mec n'était certainement pas marié, il me l'aurait dit sinon. » J'essayais de me rassurer alors que ma soeur semblait s'amuser de cette situation. « Millie… Tu crois vraiment que ce type t'aurais dit qu'il était marié s'il voyait qu'il avait la possibilité de finir la soirée avec toi. Je suis sûre qu'il l'était tiens ! » En y réfléchissant, je me souvenais que ce mec faisait beaucoup plus vieux que moi, mais j’étais totalement ivre et je n’avais donc pas vraiment pris le temps de réfléchir à la situation. Tout ce qui m’importait était de pouvoir tirer mon coup et voilà. « Arrête... Ce n'est pas possible. » Linly haussa les épaules et afficha un petit sourire en coin. « C'est ton problème ma belle... » Ma soeur pouvait vraiment être exaspérante quand elle s'y mettait. Je voyais bien qu'elle prenait un malin plaisir à me faire flipper avec cette histoire. « Oui exactement c'est mon problème. Mais t'as quand même réussi à me faire douter de tout ça. » Ma soeur continuait de me regarder droit dans les yeux et puis elle finit par éclater de rire. « J’adore le lendemain de tes cuites, c’est toujours tellement facile de te faire flipper. Ca t'apprendre à ne pas te rappeler de tes soirées. » Je détestais ma soeur. Mais en même temps elle était tellement génial. Je laissais échapper un petit rire. « Mouais, t'as raison. Mais tu sais bien qu'au final ça ne va rien changer et je resterais toujours une grande fêtarde. » Ma soeur hocha la tête de haut en bas et me fit une petite tape sur l'épaule. « T'as bien raison soeurette, faut profiter quand on est jeune. » Elle me fit un clin d’œil et on finit par éclater de rire toutes les deux. J’adorais ma soeur, même si elle m'embêtait toujours. Mais en même temps elle avait eu raison de profiter de la situation.


Assise sur une chaise, je fixais la porte d’entrée de ce bar avec impatience. Mon premier rendez-vous avec Wayne était sur le point de commencer et je stressais comme jamais. J’avais 17 ans et j’allais avoir un rendez-vous avec ce mec qui m’obsède depuis tellement de temps. Wayne était un charmant jeune homme du lycée, un peu plus âgé que moi et super canon. Le genre de mec qui fait craquer toutes les filles. Mais en l’occurrence c’était moi qui l’intéressais et je comptais bien tout faire pour que ce premier rendez-vous se passe parfaitement bien. La porte finit par s’ouvrir et il entra, son magnifique sourire accroché sur les lèvres. Il ne tarda pas à me remarquer et à avancer jusqu’à ma hauteur. « Salut toi ! » Son sourire était à tomber. Il s’approcha de moi et déposa un baiser sur ma joue avant de s’asseoir sur la chaise en face de moi. Je sentis mes joues rougir et je perdis pendant quelques secondes mes moyens. Décidément ce mec arrivait à me déstabiliser d’une manière plutôt effrayante. « Comment tu vas ? » Wayne ne cessait de me regarder droit dans les yeux, ce qui ne m’aidait certainement pas à me détendre. Je jouais avec mon bracelet autour de mon poignet. Il posa alors doucement sa main sur la mienne pour me faire arrêter. Un mince sourire s’étira sur mon visage alors qu’il me disait : « Moi ça va très bien, mais tu me sembles un peu stressée. Ca ne sert à rien, ce n’est que moi. » Ce n’est que lui. Mais il ne se rend pas compte de ce qu’il représente à mes yeux. La perfection, alors que de mon côté je suis remplie de défaut. Il va finir par se lasser d’une fille comme moi et de mes défauts. Mais je me forçais à sourire alors que la serveuse venait prendre notre commande. Un petit moment de répit. Il retira sa main et je me dépêchais de les cacher sous la table pour continuer à jouer avec mon bracelet, ce premier rendez-vous était vraiment une catastrophe. « Si ça peut te rassurer, moi aussi ce rendez-vous me stressait ! » Etonnée, je fronçais les sourcils. Pour moi il me paraissait plutôt impossible que ce mec soit stressé par un rendez-vous comme ça. Il avait tout pour lui, aucune raison de stresser. « Ah oui ? » Wayne laissa échapper un petit rire nerveux et approcha un peu son visage de moi pour murmurer. « Tu ne te rends pas compte la pression que c’est d’avoir un rendez-vous avec Madame Hawkins en personne. » Ce fut à mon tour de laisser échapper un petit rire. Il disait ça pour me détendre, tout simplement. Je ne voyais vraiment pas en quoi ça pouvait être stressant d’avoir un rendez-vous avec moi quand on est comme lui. « Arrêtes de dire n’importe quoi. Je suis la fille la plus simple du monde. » Il fit mine de réfléchir quelques secondes et puis son sourire revint. « La plus simple, mais surtout la plus jolie. T’es un peu une femme fatale difficile à atteindre. Je peux te l’assurer. » Il était certain que je n’étais pas non plus le genre de filles qu’on peut avoir facilement. A moins que je n’aie décidé de te mettre dans mon lit juste pour un soir, mais pour ce qui est des relations sérieuses, tout devient nettement plus compliqué. « Mais quand on est aussi mignon que toi on devrait savoir qu’aucune fille ne peut rien te refuser. » Au final le rendez-vous se passa parfaitement bien. Nettement mieux que je ne l’avais imaginé en tout cas et très vite je remarquais que Wayne n’était pas seulement mignon, mais il était également le mec le plus attentionné du monde.

« Tu te rends compte que ça fait déjà deux ans qu’on est ensemble tous les deux ? » J’étais tranquillement installée dans ce parc, appuyée contre un arbre et je lisais un livre avec Wayne à mes côtés qui s’endormaient petit à petit. Mais à présent il semblait d’humeur à papoter avec moi. Je posais mon bouquin et tournais mon regard vers lui, le sourire aux lèvres. « Et oui déjà deux ans, ça file. Moi qui pensais que tu ne t’intéresserais jamais à une fille comme moi. » Il est vrai qu’au départ je ne pensais vraiment pas que tout ceci allait donner quelque chose. Pour moi il me paraissait évident que Wayne était beaucoup trop bien pour moi et lui pensait exactement le contraire. C’était ce qu’il m’avait dit en tout cas. Et pourtant nous avions finis par nous mettre ensemble et nous filions le parfait petit amour. Bien sûr il y avait des hauts et des bas comme dans toute relation, mais au final il restait quand même nettement plus de bons moments que de mauvais. « Tu veux plutôt dire l’inverse, non ? Millie, tu te rends compte de la femme que tu es ? Tu as un caractère assez incroyable. Tu es loin d’être une idiote et surtout tu ne te laisses pas marcher dessus et puis, t’es carrément sexy. » Je sentis mes joues rougir face à tous ces compliments. Il était adorable bien évidemment, mais je ne pensais pas avoir réellement toutes ces qualités. « Et en plus tu continues de rougir à mes remarques, même après deux ans. » Je m’approchais de lui pour me blottir dans ses bras tout en souriant bêtement. Ce mec était vraiment trop adorable. « Bah oui, tu fais tout le temps des compliments qui me font rougir, je n’y peux rien. Mais bon après je pense qu’on s’est plutôt bien trouvé effectivement. » Pour moi Wayne était clairement l’homme avec qui je pourrais faire ma vie. Il est franchement canon, intelligent, attentionné, romantique, amusant. Bref, tout ce dont les filles rêvent. J’arrivais très facilement à imaginer mon avenir avec lui. Mais pour le moment nous étions encore jeunes, nous avions le temps de voir venir les choses. Peut-être que l’avenir finirait par nous séparer, je n’en savais rien. Mais en même temps j’étais persuadée que nous avions de quoi faire un avenir tous les deux. « Oui on s’est très bien trouvé et je compte bien te garder à présent ça c’est sûr. » Je me redressais légèrement afin de pouvoir l’embrasser sur ses lèvres. J’étais aux anges, je n’avais vraiment pas de quoi me plaindre. J’étais même peut-être une des plus chanceuses, beaucoup de filles rêveraient de trouver un prince charmant comme lui. J’avais cette chance-là et tout comme lui je comptais bien le garder maintenant qu’il est à moi. « Oh ne t’en fais pas, je ne compte pas partir bien là de toute façon. » Je lui fis un petit clin d’œil et un immense sourire avant de reprendre mon livre et de recommencer ma lecture. C’était une magnifique journée et j’étais sur mon petit nuage. Je me sentais aimée, vraiment aimée. Wayne avait vraiment le cœur sur la main et Linly me l’avait dit à plusieurs reprises : ce mec est une perle rare. Parfois lorsque je lui racontais les conversations que j’avais avec lui, elle ne pouvait s’empêcher d’être jalouse. Elle aussi aimerait avoir un petit ami comme Wayne, ça ne fait aucun doute. En tout cas j’espérais pouvoir encore profiter longtemps, très longtemps. Aussi longtemps que ce sera possible.


Nous avions rendez-vous pour nos quatre ans. Et oui déjà. C’est fou ce que le temps peut passer vite. J’arrivais devant chez lui, vêtue d’une de mes plus belles robes, mes cheveux ondulés tombaient en cascade dans mon dos et mes chaussures à talons noires claquaient sur le sol. Cette soirée s’annonçait plus que parfaite. Je sonnais à sa porte, curieuse de voir où il allait m’emmener après. Il m’avait simplement donné ce rendez-vous, pour le reste je n’en avais pas la moindre idée. J’avais 21 ans et j’étais totalement épanouie. La porte finit par s’ouvrir et Wayne me regardait avec un air grave. « Salut Wayne, ça ne va pas ? » Je m’approchais de lui pour l’embrasser sur ses lèvres, comme nous le faisons à chaque fois, mais mon baiser vint s’écraser contre sa joue, il avait détourné la tête. Je m’éloignais rapidement, les sourcils froncés, totalement perdue. Qu’est-ce qu’il se passait ? « Entres. » Il n’ajouta rien de plus. J’entrais chez lui et il m’emmena au salon où on prit place tous les deux sur le canapé. L’heure semblait grave, mais je ne savais absolument pas pourquoi. « Wayne, tu me fais peur. Il se passe quoi ? » Il se passa une main dans les cheveux, geste qui montrait son malaise. Cette situation commençait sérieusement à m’effrayer et puis Wayne tourna enfin son regard vers moi. « Il faut qu’on arrête Millicent. » Je continuais de le regarder droit dans les yeux et je m’attendais à ce qu’il éclate de rire, me dise que ce n’est qu’une blague et qu’on passe cette magnifique soirée tous les deux. Mais il gardait son air sérieux qui m’inquiétait de plus en plus. « Comment ça il faut qu’on arrête ? » Wayne respira un bon coup et se leva du canapé. Il était stressé, je le sentais parfaitement. Et de mon côté je ne comprenais pas. « Nous deux, c’est fini Millie, je ne peux plus. » Les larmes commençaient à monter à mes yeux alors qu’il ne me regardait même plus. Comment ça il ne pouvait plus ? Lui qui disait vouloir me garder pour toujours. J’avais l’impression que tout allait parfaitement bien, mais de toute évidence je me trompais. « Mais… Wayne. Comment… ? Je ne comprends pas. » J’essayais de capter son regard, mais il me fuyait et je sentais que petit à petit j’étais entrain de le perdre. Bon sang mais qu’est-ce qu’il s’était passé ? « Je… Il y a une autre fille dans ma vie. Et je l’aime. » Un sacré coup de couteau un plein cœur. Je me levais à mon tour du canapé, cette fois-ci ce n’était plus la tristesse mais la rage. « J’espère que tu plaisantes Wayne ?! Une autre fille ?! Et ça fait combien de temps que tu la connais pour déjà dire que tu l’aimes ? » Je redoutais cette réponse. S’il l’aimait il devait forcément la connaître depuis un petit moment. « Ca fait un an. » Il baissa le regard et ajouta avant que je n’aie pu dire quoi que ce soit. « Je suis désolé… » Je croisais les bras sur ma poitrine, les larmes continuaient à couler mais je n’y prêtais même plus attention. « Oh, tu es désolé ?! C’est clair que du coup ça pardonne tout. Tu sais quoi Wayne ? Vas te faire foutre. Vis ta vie avec cette salope et surtout, fous moi la paix. » Je sortis de chez lui en claquant la porte, je n’avais pas envie d’en entendre plus, c’était déjà trop. Il m’avait brisé le cœur, c’était déjà suffisant.


Dernière édition par Millicent Hawkins le Mer 28 Jan - 9:02, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



« Les défaites de la vie conduisent aux grandes victoires. »

> arrivé(e) le : 12/08/2014
> messages : 301
> pseudo : keep smiling
> double compte : Emma, Romy & Grace
> avatar : Nina Dobrev
> crédits : chevalisse
❥ statut civil : Célibataire.
> métier : assistante d'un parfait connard
> immeuble : Kennedy
> appartement : #21A
> pêchés mignons : adore le chocolat + est attirée par son chef sans le savoir
> points : 77

> More about me
> address book:
> to do list:

MessageSujet: Re: millie + In three words I can sum up everything I've learned about life: it goes on. Lun 5 Jan - 9:37


Your job's a joke, you're broke, your love life's D.O.A.


L’entretien d’embauche. Ce n’était pas vraiment le moment le plus agréable à passer et pourtant il restait inévitable pour acquérir un emploi. J’avais enfilé pour l’occasion mon plus beau tailleur. Je postulais aujourd’hui dans un cabinet d'avocat de la ville très réputé en tant qu'assistante d'un des employés. J’avais remarqué la semaine dernière une annonce dans le journal pour ce cabinet, il recherchait une assistante qui correspondait parfaitement à mon profil. Mon travail actuel ne me plaisait pas plus que ça, j’avais fait quelques études et j’avais terminé comme simple employée de bureau dans une entreprise miteuse. Rien de bien exceptionnel. Mais là une opportunité bien plus intéressante s’offrait à moi et je ne comptais pas passer à côté. Vous imaginez donc bien ma joie lorsque j’ai reçu ce téléphone pour un entretien d’embauche. Mes cheveux étaient tirés en un chignon légèrement décoiffés pour ne pas paraître trop strict non plus. Mon tailleur noir parfaitement repassé épousait les formes de mon corps à merveille. J’étais fin prête pour cet entretien. J’arrivais avec quinze minutes d’avance au lieu de rendez-vous et j’en profitais pour découvrir les lieux. Ce cabinet ferait rêver plus d’une personne sur cette terre. A présent il me paraissait évident que ma place devait être ici. J’avais 25 ans et il était grand temps de changer d’air et d’avancer un peu dans ma vie. Le responsable du recrutement finit par m’inviter à entrer dans son bureau. En prenant place je ne pouvais m’empêcher de remarquer le design particulièrement bien choisi de son bureau. Un sourire accroché aux lèvres, je me sentais parfaitement prête pour cet entretien. « Alors Madame Hawkins, vous souhaitez postuler pour le poste d’assistante c’est bien cela ? » L’entretien commençait tranquillement et je me doutais que les questions qui allaient suivre n’allaient pas être aussi facile que cela à répondre. « Oui c’est exact. » Il hocha de la tête et nota quelque chose sur sa feuille. Qu’est-ce qu’il était entrain d’écrire ? J’espérais que du positif bien évidemment. « Oui, vous serez l’assistante de M. Miller si vous êtes engagée. Vous l’avez déjà rencontré ? » Monsieur qui ? Je ne savais absolument pas de qui il était entrain de me parler et j’avais peur que mon ignorance à ce propos me coûte quelques points. « Non.. Non je ne l’ai pas encore rencontré. » Je perdais un petit peu mes moyens, surtout lorsque je le vis griffonner encore quelque chose sur sa feuille. Bon sang, mais qu’est-ce qu’il écrivait ? (…) « Alors ? Cet entretien ? » En sortant de l’entreprise j’avais immédiatement pris mon téléphone pour appeler ma soeur. « Je suis engagée. » Je laissais échapper un petit cri tout en sautant de joie devant la porte d’entrée de l’entreprise. Cette fois-ci c’était bon, j’avais mon emploi. Je n’en revenais pas. « Madame Hawkins ? » Je me retournais pour faire face à un charmant jeune homme brun et craquant à l’air un peu trop sérieux. Je descendis doucement mon portable. « Oui ? » Il s’approcha de moi en tendant sa main et afficha un petit sourire en coin. « Monsieur Miller, je crois que vous allez travailler pour moi, c’est exact ? » Alors c’était donc lui. Mon patron allait être aussi canon que ça ? J’en avais de la chance. Affichant à mon tour un sourire je serrais sa main d’une poigne assurée. « Oui c’est exact. » Il relâcha ma main pour la glisser sa main dans la poche de son pantalon et continuait de me regarder avec son sourire en coin. « Bienvenue dans l’équipe et je vous dis à lundi. » Il tourna les talons sans que je n’aie eu le temps de dire quoi que ce soit. Je repris immédiatement ma soeur au téléphone. « Désolée, c’était mon patron. Et tu sais quoi ? Il est super canon. »

« Millicent, vous pouvez venir dans mon bureau ? » Concentrée sur un des nombreux dossiers que mon chef m’avait demandé de terminer pour demain, je lâchais mon style tout en poussant un soupir. Je n’avais certainement pas le temps d’aller dans son bureau, surtout pas pour l’entendre me demander quelque chose encore une fois et ajouter un nouveau dossier sur la pile qui attendait déjà sur mon bureau. Pourtant je n’avais pas vraiment d’autres choix, c’était lui le chef et je ne faisais qu’exécuter ses ordres. Je me dirigeais vers son bureau, la tête haute. Cela faisait plusieurs mois que je travaillais pour Aaron à présent et bien qu’il soit super canon, il restait un parfait connard. « Oui ? » J’affichais un sourire forcé tout en le regardant droit dans les yeux. Depuis quelques temps c’était devenu comme un jeu entre nous. C’était à celui qui arriverait le plus à emmerder l’autre. Mais pour le moment je devais bien avouer qu’il était nettement plus fort que moi à ce jeu-là. Il arrivait toujours à trouver quelque chose à me faire faire pour que je finisse le boulot bien plus tard que prévu ou qu’il puisse m’engueuler parce que quelque chose n’a pas été fait. Au fond, il devait être un parfait sadique qui adore regarder les gens souffrir par sa faute. Le parfait connard, comme je le disais. « Je pensais vous avoir demandé de terminer le dossier Parker pour aujourd’hui et pourtant je ne le vois toujours pas sur mon bureau. » Je me retenais de perdre mes moyens devant lui et je continuais de sourire bêtement tout en ne quittant pas son regard. Il essayait de me faire craquer, mais il n’y arriverait pas. J’étais bien plus forte que ça et il le savait très bien. « Non pour demain, Monsieur. » J’insistais bien sur le dernier mot, tout en gardant mon air un peu provocateur. Il pouvait jouer au parfait connard à longueur de journée, il n’y avait pas de problème. Moi aussi je savais jouer le rôle de la parfaite connasse. Ca pouvait paraître totalement idiot, mais je m’étais promise de ne jamais me laisser démonter par cet abruti et au fil du temps je m’amusais également de le voir étonné lorsque j’arrivais à rendre un dossier dans les temps alors que de son côté il était persuadé que le délai était impossible à respecter. « Oh vraiment ? » Son petit sourire sadique s’affichait sur son visage alors qu’il se levait de sa chaise. Il contourna son bureau et s’appuya sur celui-ci en croisant les bras. « Et bien j’ai rendez-vous avec eux à 15 heures. Je vous conseille donc d’être prête avec ce dossier pour 14 heures précise. » J’étais folle de rage. Je n’avais vraiment pas que ça à faire et il le savait très bien, mais il prenait un malin plaisir à se moquer de moi de cette manière. Il n’avait peut-être même pas ce rendez-vous de prévu, en tout cas ce n’était pas moi qui l’avait pris car il n’y avait rien de noté à ce sujet-là dans son agenda. Je gardais cependant le sourire aux lèvres. « Il sera sur votre bureau pour 13 heures. » Je lui lançais encore un dernier regard de défi avant de tourner les talons et de retourner à mon bureau. C’était toujours la même chose avec lui, à chaque fois qu’il me donnait un délai pour un dossier il le raccourcissait. Il faisait ça pour me rendre folle, j’en étais parfaitement consciente et il prenait son pied à me voir stresser pour ses propres dossiers. Mais ça m’était égal, un jour ou l’autre il sera bien forcé d’admettre que je suis sa meilleure employée.



« Je le déteste ! » Nous étions tranquillement installées dans notre café favori de Phoenix avec Linly. Le sujet du travail était rapidement venu sur le tapis et il ne m’avait pas fallu bien longtemps pour sortir ces mots-là. En même temps je ne pouvais que le détester. Aaron Miller était le diable en personne. La représentation exacte du parfait connard et j’étais l’assistante qui devait subir toutes ces petites sautes d’humeur et autre. Un vrai cauchemar. « Je n’arrive toujours pas à comprendre comment tu fais pour garder cette place et ne pas complètement craquer ? » Ma soeur connaissait la situation par cœur bien évidemment, je lui en avais parlé plus d’une fois et plus d’une fois elle m’a dit de démissionner. Ca pouvait paraître complètement fou de rester à ce poste alors que j’avais envie de tuer mon boss tous les jours, mais en même temps j’adorais ce cabinet et le travail en lui-même. Et puis parfois je prenais un malin plaisir à le faire enrager lui aussi. « Parce que j’aime bien ce boulot quand même et puis j’arrive quand même à le faire enrager un petit peu lui aussi. » Linly afficha un petit sourire et secoua la tête. « T’es folle, tu le sais ça ? » J’attrapais mon café et buvais une petite gorgée de celui-ci tout en haussant les épaules. « Oui tu as sans doute raison. Mais il y a quelque chose d'encore pire que de travailler pour lui. » Je regardais ma soeur droit dans les yeux, sur le point de lui annoncer quelque chose qui allait encore changer ma vie sans aucun doute. « Pire que de travailler pour lui ? Tu crois vraiment que c'est possible Millie ? Je crois que tu ne t'es pas vraiment regardée, tu le détestes ce mec, il te rend folle. Je vois difficilement comment on pourrait faire pire. » Oui effectivement vu comme ça il était difficile d'imaginer comment on pouvait faire pire. Mais pourtant il y avait bien quelque chose de pire dans tout ça. Une nouvelle que j'avais apprise la veille et qui m'avait rendue complètement folle. « Et pourtant il y a bien pire. J'ai appris hier qu'il va emménagé dans l'immeuble Reagan. Il va habiter beaucoup trop proche de moi. » Ma soeur afficha de gros yeux, de toute évidence elle avait compris le problème de cette histoire. A présent je ne croiserais pas mon chef qu'au travail, mais également lorsque je rentrerais à la maison. Et s'il venait à me proposer de faire les trajets ensemble ? « Ah oui je comprends mieux ce que tu voulais dire du coup et effectivement c'est encore plus grave. Mais tu ne le croiseras peut-être pas tout le temps. Ce n'est pas le même immeuble alors avec un peu de chance... En tout cas pour ce qui est de ton travail, tu devrais essayer d’anticiper un peu ce qu’il va te dire pour devenir l’employée parfaite à qui il ne pourra rien redire. Je suis assez curieuse de voir comment il fera dans cette situation-là. » En voilà une bonne idée. Un large sourire s’étira sur mon visage. « Ah oui. Ca c’est une excellente idée. Je vais essayer de faire ça et je t’en redirais des nouvelles. Merci. » Notre conversation se dirigea ensuite sur tout autre chose, mais je continuais en même temps de réfléchir à ce que j’allais faire le lendemain. Il n’allait certainement pas en revenir et je sentais déjà que ce comportement risquait bien de lui faire perdre tous ces moyens.

J’arrivais d’excellente  humeur le lendemain matin au bureau. Cela faisait deux ans que je travaillais pour lui à présent et je pensais connaître tout ce qu’il pourrait me demander aujourd’hui. J’étais arrivée avec une heure d’avance pour terminer deux dossiers qu’il m’avait en réalité demandé pour demain. Mais le connaissant il risquait de me les demander pour aujourd’hui. Avant son arrivée je partis en direction de la machine à café pour lui préparer le sien et en prendre un pour moi au passage. Je le déposais sur son bureau exactement au moment où celui-ci franchit la porte d’entrée. « Oh, bonjour Millicent. » De toute évidence il ne s’attendait pas à me voir dans son bureau et surtout il ne s’attendait pas à ce que j’apporte un café. D’habitude je ne le faisais pas automatiquement, soit je le laissais le faire, soit j’attendais qu’il me le demande. Mais aujourd’hui tout devait être parfait pour qu’il n’ait absolument rien à redire. « Bonjour Monsieur Miller, vous allez bien ? » Un large sourire s’étirait sur mes lèvres alors que je m’éloignais doucement du bureau. Au fond je me réjouissais déjà de découvrir la suite de la journée. J’hésitais presque à lui demander congé pour l’après-midi. Après tout j’avais des heures supplémentaires par-dessus la tête, il pouvait bien me laisser un peu de répit ? « Oui. Vous avez terminé le dossier que je vous ai demandé hier ? » Il avait ce petit sourire en coin que je ne connaissais que trop bien. Il savait pertinemment qu’il ne m’avait demandé ce dossier que pour demain, mais ça il ne comptait certainement pas l’avouer. « Oui il a sur votre bureau. » Son regard se baissa sur le dossier qui se trouvait sur son bureau et je remarquais son expression plutôt surprise et décontenancée. « Mais.. Je ne l’avais demandé que pour demain. » La situation était tellement ironique, les rôles semblaient s’inverser. Il avouait soudainement qu’il m’avait effectivement demandé ce dossier pour demain… « Oui, mais j’ai pensé que vous en auriez besoin un peu plus vite car si je ne me trompe pas je vous ai entendu prendre un rendez-vous avec M. Caldwell aujourd’hui à 16 heures, ce dossier vous sera donc indispensable. J’ai également préparé la présentation, je pense que vous n’avez pas vraiment eu le temps encore de vous pencher dessus. » Satisfaite je tournais des talons pour retourner dans mon bureau. Il était tellement étonné qu’il ne semblait pas savoir quoi répondre. Mais avant que je n’aie pu franchir la porte, il m’appela. « Millicent. J’espère que ce travail sera de qualité. » Je me retournais avec toujours ce même sourire. « Je ne me souviens pas que vous ayez déjà été déçu par mon travail, Monsieur Miller. » De toute évidence il ne savait plus quoi répondre. Il était totalement perdu et étonné par mon travail, ça se voyait. Je retournais encore une fois les talons, mais cette fois-ci je m’arrêtais avant de sortir pour faire une dernière demande. « Ah et encore une petite chose. Je pensais prendre congé cet après-midi ? Est-ce que c’est possible ? » Je levais un sourcil tout en le regardant droit dans les yeux, totalement satisfaite par mon petit tour de manège. « Heu… Oui oui bien sûr, prenez seulement congé. » Je le remerciais et sortis de son bureau. J’étais à deux doigts de sauter en l’air tellement j’étais heureuse. J’avais réussi mon coup haut la main et je me réjouissais de le raconter à Linly. J’espérais à présent que la situation entre lui et moi allait changer, mais ça c’était loin d’être gagné.


Dernière édition par Millicent Hawkins le Mer 28 Jan - 11:13, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Aimer quelqu'un, c'est être capable de le laisser partir. C'est accepter le fait qu'il ne veuille pas de vous ; qu'il finisse par se lasser, vous oublier. Mais quand on aime, on le sait : on n'hésite pas, on le veut. On pardonne parce que nous sommes faibles et que nous n'attendions qu'une chose, c'est qu'il revienne. On espère. On y croit. On se dit que c'est une évidence.
> arrivé(e) le : 28/12/2014
> messages : 317
> pseudo : Luxette
> double compte : Camilla Hamilton (Candicola) - Janel Doherty (Kristen Bell) & Bridget Echolls (Jaime King)
> avatar : JLC ♥
> crédits : Lily/Chestilly (avatar) et TumblR (gifs)
❥ statut civil : Célibataire, toujours déséspérement en train de craquer sur son meilleur ami
> métier : Organisatrice d'événements, rêve d'ouvrir sa propre boîte !
> immeuble : Immeuble Reagan
> appartement : 5B
> pêchés mignons : les séries romantiques ♥️ le chocolat ♥️ les tartes aux pommes ♥️ les chatons et chiots ♥️ la bit-littérature ♥️ le maquillage ♥️ les parfums ♥️ les sacs à mains ♥️ les belles robes de mariées
> points : 206

MessageSujet: Re: millie + In three words I can sum up everything I've learned about life: it goes on. Lun 5 Jan - 10:51

Sexyyyy

_________________
Je voulais t'aimer
   
[...] comme je n'avais encore jamais aimé. Je voulais être celle qui te marquerait, celle qui te manquerait, celle qui te ferait sourire et te redonnerait l'espoir lorsque seul dans le noir, tu ne distinguerais plus la lumière. En fait, je voulais que tu crois assez à nous pour me donner envie d'y croire vraiment. © belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité

MessageSujet: Re: millie + In three words I can sum up everything I've learned about life: it goes on. Mar 6 Jan - 22:08

Revenir en haut Aller en bas
avatar



« Les défaites de la vie conduisent aux grandes victoires. »

> arrivé(e) le : 12/08/2014
> messages : 301
> pseudo : keep smiling
> double compte : Emma, Romy & Grace
> avatar : Nina Dobrev
> crédits : chevalisse
❥ statut civil : Célibataire.
> métier : assistante d'un parfait connard
> immeuble : Kennedy
> appartement : #21A
> pêchés mignons : adore le chocolat + est attirée par son chef sans le savoir
> points : 77

> More about me
> address book:
> to do list:

MessageSujet: Re: millie + In three words I can sum up everything I've learned about life: it goes on. Mer 7 Jan - 7:45

I love you merci les filles :)

_________________

« I'm selfish, impatient and a little insecure. I make mistakes, I am out of control and at times hard to handle. But if you can't handle me at my worst, then you sure as hell don't deserve me at my best. » Marilyn Monroe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: millie + In three words I can sum up everything I've learned about life: it goes on.

Revenir en haut Aller en bas
 

millie + In three words I can sum up everything I've learned about life: it goes on.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MY NEIGHBOR IS AN ASSHOLE :: COME AS YOU ARE :: born this way :: i'm coming home-