AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ZOEY + Peut-être que tu perds tout, mais moi si je te perds, je suis perdu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar



Friends will be friends, when you're in need of love they give care and attention. Friends will be friends, when you're through with life and all hope is lost, hold out your hand cos friends will be friends right till the end.


Je n'ai pas d'ami comme toi, oh no no no, pas d'autre ami comme toi ! Je comprends mieux le monde, en t'observant je crois que j'y vois plus clair je n'ai pas trouvé la clef du mystère, mais je m'en suis approché


J'aurai aimé t'aimer, comme on aime le soleil, te dire que le monde est beau et que c'est beau t'aimer. J'aurai aimé t'écrire le plus beau des poème et construire un empire juste pour ton sourire, devenir le soleil pour sécher tes sanglots et faire battre le ciel, pour un futur plus beau.


> arrivé(e) le : 02/03/2015
> messages : 246
> pseudo : BouLott
> avatar : jesse eisenberg
> crédits : psychadelya
❥ statut civil : célibâtard (il aime Zelda au plus profond de son coeur, mais passe plus de temps dans le lit de Zoey)
> métier : livreur de pizza
> immeuble : kennedy
> appartement : 43a (avec Alex-le-beau-gosse)
> pêchés mignons : dormir toute la journée - manger des crêpes crèmefraiche/champignon/fromage/lardon - fumer de la marijuana - squatter l'appartement d'en face - rire avec Zoey - rire avec Alex - faire rire Zelda - embêter Aiden - boire des bières - geeker.
> points : 447

> More about me
> address book:
> to do list:

MessageSujet: ZOEY + Peut-être que tu perds tout, mais moi si je te perds, je suis perdu Mar 3 Mar - 20:54


peut-être que tu perds tout, mais moi si je te perds, je suis perdu.
Zoey & Flynn
Cette nuit, tu as encore dormi dans ses bras. Oh c’était bête et tout simple. Pas besoin de chercher midi à quatorze heures, tu avais envie de se présence. Oui, juste de sa présence. Il ne s’est rien passé, vous avez discuté comme des gamins discutent puis vous avez dormi. Elle, serrée dans tes bras. Toi, la tête contre la sienne. Tu es bien avec elle, il n’y a pas d’ambigüité, pas de faux-semblant. Vous savez tous les deux que vous ne vous aimez que comme des amis, alors tout est plus facile, tout est plus logique. Vous pouvez tout vous avouer sans la moindre honte. Enfin tout … sauf ton attirance pour Zelda. Tu n’oses pas le lui dire, tu n’oses pas en parler. Pourtant, elle ne le jugera pas et tu le sais mieux que personne. Elle ne te jugera jamais … mais et si elle ne te trouvait pas assez bien pour sa sœur ? Et si elle te rejetait parce que tu la dégoûtais ? Tu as peur d’être seul et abandonné. Car tu ne veux plus jamais revivre cela, pas après avoir goûté au plaisir des amis qui feraient tout pour toi. Pourquoi a-t-il fallu que tu compliques tout en tombant amoureux de la mauvaise personne ?

Le réveil te tire hors de tes pensées et tu poses la main pour l’éteindre. Avec un peu de chance Zoey ne l’a pas entendu et elle va se rendormir. Délicatement tu poses ta main sur la sienne. Tu as envie de t’amuser ce matin, tu ne bosses pas aujourd’hui alors tu as bien envie de sortir avec Zoey, sécher un jour de boulot ne lui fera pas de mal. Cela fait longtemps que vous n’avez pas fait de bêtises, d’habitude c’était elle qui te proposait de quitter le restaurant en courant pour ne pas payer. C’était elle qui te faisait sauter par-dessus les grilles du parc fermé pour prendre une douche grâce à l’arrosage automatique de nuit. Oui, tu as bien envie de faire une connerie aujourd’hui, tu n’as plus qu’à trouver laquelle. Tu refermes les yeux quelques secondes, elle n’a pas encore bougé depuis le début de la sonnerie du réveil. Est-ce que tu peux espérer une bonne nouvelle ? Tu la regardes et elle a les yeux grands ouverts. « Bonjour petite fleur, bien dormi ? » lâches-tu avec un sourire séducteur. En réalité ton sourire trahit ce que tu as envie de faire, des conneries. Tu continues à serrer ses mains. « Et si aujourd’hui on faisait une connerie ? » Tu proposes, sans plus attendre qu’elle ne réagisse, avant qu’elle ne se lève pour aller s’habiller et se préparer. Non, tu prends les devants, tu l’attrapes et la retourne. Tu es sur elle et l’emprisonne de tes bras. Tu t’approches vers elle et … pose un baiser sur son front. « Non pas des bêtises dans ce genre-là, femme lubrique, plutôt une connerie dans le genre … ne pas aller au boulot et aller danser sous la pluie. » La pluie qui battait contre le toit résonnait assez fort pour qu’elle ne soit pas oubliée. Comme si le mauvais temps avait besoin de se ramener dans l’histoire. Tu tiens toujours ses poings, au cas où elle tente une esquive pour se détacher, mais elle semble ne rien faire. Pour l’instant. Tu ne doutes pas de sa force et de sa ruse. Elle doit attendre le bon moment pour se remettre de sa surprise. « Allez, s’il te plaît s’il te plaît, s’il te plaît !! » La supplies-tu avec tout ton cœur. Elle ne peut pas être insensible à ton petit regard, ta jolie moue désespérée, ton envie d’aller voir le monde. Allez.

Emi Burton

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Nullε amie nε vaut unε soεur
Les jolies choses c'était nous deux, tout ce qu'on a fait c'était pour eux. Alors les monstres qu'on les crève, sous la merde y'avait nos rêves. Je mettrai de l'or dans nos yeux pour qu'on n'est plus jamais peur d'eux.

hε's got somεthing spεcial Hε's lightning, Sparks arε flyin' and εvεrywhεrε I go hε's always on my mind and I'm goin' crazy About him latεly And I can't hεlp mysεlf from how my hεart is racing. I Think I'm rεally digging on his vibε, Hε rεally blows mε away And whεn hε's looking at mε, I wanna gεt all sεntimεntal, hε's got somεthing spεcial I can hardly brεathε, somεthing's bεεn tεlling mε maybε hε could bε thε onε...

you are the music in me ❥ I'm saying words I never said And it was easy, 'cause you see the real me, as I am, You understand and that's more than I've ever known to hear your voice above the noise and no, I'm not alone. When I hear my favorite song, I know that we belong cause you are the music in me. it's living in all of us and it's brought us here because you are the music in me.

> arrivé(e) le : 11/02/2015
> messages : 42
> pseudo : Beckybee
> avatar : emma stone
> crédits : avatar - ©lux, #arl & signature - ©crackle bones
❥ statut civil : célib-à-terre, quoi d'autre ? A-Alexander ? Ouais, tu lui files des malabars quand il en a pas... Non, non, pas du tout, il ne te plaît pas, même pas un petit peu. Bon peut-être que si, mais il ne faut pas le dire, parce que même toi t'as du mal à l'admettre.
> métier : anciennement danseuse classique, désormais vendeuse au cupncake bakery et musicienne à tes heures perdues, t'es une artiste.
> immeuble : kennedy bld
> appartement : #45A
> pêchés mignons : le fromage fondu ✽ sortir chercher le courrier à moitié à poil ✽ les bonbons et autres cochonneries en tous genre ✽ regarder les dessins animés ✽ boire de l'alcool, tequila forever, sisi ✽ l'observer discrètement ✽ mater le gros tout nu d'en face ✽ te disputer avec Zelda ✽ lui piquer ses fringues, les perdre ou les tâcher ✽ fumer à en perdre la voix ✽ glander avec Flynn ✽ t'incruster dans l'appartement d'en face
> points : 114

> More about me
> address book:
> to do list:

MessageSujet: Re: ZOEY + Peut-être que tu perds tout, mais moi si je te perds, je suis perdu Mer 4 Mar - 18:44


you and i against the world bro'
Zoey & Alexander
Tu t'agites doucement, t'aimes ce contact et puis tu dors jamais aussi bien qu'entre ses bras, quand tu sens sa chaleur tu sais que tout ira bien. Ton sommeil n'est pas aussi agité qu'à la normale, c'est pour ça que tu passes ta vie, du moins, tes nuits dans son lit. Des gamins, vous êtes deux gamins qui avez désespérément besoin l'un de l'autre, tu ignores encore ce que toi tu lui as apporté, mais tu sais ce que lui t'apporte, tout ce dont tu avais besoin, tout ce que les autres n'ont jamais su te donner, ils n'ont pas cherchés à comprendre à savoir, lui il le savait dès le premier regard, lui il a comprit après ton premier mot. Tu ne dors pas vraiment, passé un certain nombre d'heures, ton corps se met en demi-sommeil et le réveil sonne pour te tirer définitivement de ton état de somnolence. Tu le sens qui va éteindre l'engin et se remet en position, déposant sa min fraîche sur la tienne, mais tu ne bronches pas, non. Tu fixes le mur sans mot dire, t'as pas vraiment envie d'aller travailler, vous vous êtes coucher tard, vous avez discuter toute la nuit ou presque, mais assez pour que tu aies quelques heures de sommeil paisible ou quelque chose approchant. Tu lui rend son sourire malicieux, ce sourire tu le connais, tu es la première personne à l'arborer, ce sourire signifie tout un tas de trucs, mais surtout « j'ai envie de faire des conneries. » avec une voix rauque tu réponds un petit « Bonjour... » en te frottant les yeux, ton mascara à coulé et s'est étalé cous tes yeux pour former comme des cernes grisâtres. Tu sens son emprise sur tes mains et souris d'avantage, parce que tu sens le coup enir, tu le vois arriver avec ses gros sabots en bois. « Comme un gros bébé... et toi alors ? » mais t sais que tu n'aura pas de réponse parce que l'animal est rapide, trop rapide pour toi qui peine à te sortir la tête du cul. « Haaaa... » tu gémis faiblement et pathétiquement, la voix railleuse et usée par les clopes de la veille, prise aux pièges par les bras de Flynn fier de lui. Des conneries, encore des conneries toujours plus de... mais tu fermes les yeux au contact des ses lèvres sur ton front, tu aimes cette sensation, comme-ci un ange venait caresser ton front doucement.
Tu lui lance un regard sérieux d'un coup, un regard qui veut dire « Meuuuh, j'suis pas lubrique moi ! » accompagné d'un sourire aussi malicieux que le sien, et sa proposition semble alléchante, même plus que tentante. Bosser par cette pluie battante ça ne te disais pas trop, mais danser avec Flynn sous cette dite pluie, ouais, carrément. Tu réalise que t'es toujours prise au piège quand tu te décides et tu lui adresse de nouveau un regard perplexe. « Parce que tu crois sérieusement que tes petits bras sont assez forts pour me maintenir en position de soumission misérable petit mouton frisé ?! » lui lances-tu en te débattant de toutes tes force pour finir par le faire basculer du côté obscur de la force. Pan ! Tu te retrouve sur lui, à califourchon, les mains toujours prisonnières des siennes et tu ris. « J'ai gagné, le pouvoir de la force est de mon côté ! » t'exclames-tu alors en riant, tu bombes le torse fièrement et lutte pour récupérer tes mains avant de t'allonger contre lui, les jambes toujours pliées. T'appelles ça le « câlin tortue », il est bref mais plus que sincère et tu jette un coup d'oeil par la fenêtre. « Si on allait sur le toit pour danser sous la pluie, comme dans les films ? » lui demandes-tu toute excitée en regardant tout autour de toi, t'as dans l'idée de jeter des truc sur les passants, tu te penches sans pour autant bouger de sur lui, tu tends le bras et attrape une boîte de préservatifs. « Carrément, toi tu comptes tirer combien de personnes, tu te surestime pas un petit peu là ? » lui demandes--tu en agitant la boîte au dessus de sa tête. Toi t'aimes bien remplir les capotes d'eau et faire des passes avec un petit peu comme un ballon. « Des bêtises, des bêtises, allez dis moi oui ! » tu déglutis et te racle la gorge pour chasser ce chat qui semble s'y être installé et te penche de nouveau sur lui en position « câlin tortue » pour le convaincre, parce que tu sais qu'il ne te refuse jamais rien.

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Friends will be friends, when you're in need of love they give care and attention. Friends will be friends, when you're through with life and all hope is lost, hold out your hand cos friends will be friends right till the end.


Je n'ai pas d'ami comme toi, oh no no no, pas d'autre ami comme toi ! Je comprends mieux le monde, en t'observant je crois que j'y vois plus clair je n'ai pas trouvé la clef du mystère, mais je m'en suis approché


J'aurai aimé t'aimer, comme on aime le soleil, te dire que le monde est beau et que c'est beau t'aimer. J'aurai aimé t'écrire le plus beau des poème et construire un empire juste pour ton sourire, devenir le soleil pour sécher tes sanglots et faire battre le ciel, pour un futur plus beau.


> arrivé(e) le : 02/03/2015
> messages : 246
> pseudo : BouLott
> avatar : jesse eisenberg
> crédits : psychadelya
❥ statut civil : célibâtard (il aime Zelda au plus profond de son coeur, mais passe plus de temps dans le lit de Zoey)
> métier : livreur de pizza
> immeuble : kennedy
> appartement : 43a (avec Alex-le-beau-gosse)
> pêchés mignons : dormir toute la journée - manger des crêpes crèmefraiche/champignon/fromage/lardon - fumer de la marijuana - squatter l'appartement d'en face - rire avec Zoey - rire avec Alex - faire rire Zelda - embêter Aiden - boire des bières - geeker.
> points : 447

> More about me
> address book:
> to do list:

MessageSujet: Re: ZOEY + Peut-être que tu perds tout, mais moi si je te perds, je suis perdu Mer 4 Mar - 19:44


peut-être que tu perds tout, mais moi si je te perds, je suis perdu.
Zoey & Flynn
Elle se prend dans ton jeu. Tu ne pensais pas qu’elle jouerait si vite, tu pensais qu’elle était sérieuse et qu’elle te convaincrait qu’il faut qu’elle aille travailler. Tu doutes un peu. Tu as déjà droit aux engueulades de Zelda à travers Alex qui te dit que tu te comportes mal avec sa sœur. Elle te déteste et veut te zigouiller, alors si tu forces Zoey à ne pas aller bosser. Tu te mords les lèvres. Faites-vous le bon choix en séchant cette journée ? N’es-tu pas censé être le gars qui aide Zoey, celui qui la remet sur le droit chemin parce qu’il sait ce par quoi elle est passée ? Zelda veut faire la même chose, mais elle ne connaît pas Zoey comme toi. Tu doutes, tu hésites et tu détestes ça. Tu ne devrais pas douter de TA propre idée bon sang. Tu regardes Zoey. Elle est si belle, si attachante. Tu ne sais pas comment tu pourrais vivre sans elle. Une fois, alors qu’elle dormait profondément tu t’es mis à lui parler. Et elle t’a répondu. Bien sûr, elle n’en garde strictement aucun souvenir,  c’est normal. Et puis les trois quart de ses phrases n’étaient qu’un charabia pur et dur, mais tu te souviens qu’elle a dit « mais qu’est-ce que je t’apporte ? » et tu avais répondu tout. La joie, le bonheur, le sentiment d’être utile à quelqu’un, l’envie d’avancer dans la vie, l’envie d’être présent. Tu ne comprends pas comment elle peut se poser la question, d’ailleurs elle existe plutôt à l’inverse. Qu’est-ce que le misérable petit Flynn peut apporter à une princesse comme elle ? « J’avoue, j’ai cru que j’étais trop fort. Il est temps que je me mette à la muscu. » Tu ris, te retrouver en position de faiblesse n’est pas une honte. Tu pourrais la retourner de nouveau, mais tu préfères qu’elle savoure sa victoire et la faire voler au moment où elle s’en doutera le moins. Tu ris aussi pour la musculation, jamais tu ne ferais ça. C’est ridicule. Les mecs qui se mettent face à des baies vitrées dans les centres commerciaux pour soulever des poids… dégoulinant de sueur. Bôh, tu serais une fille, jamais ça ne t’intéresserait. Tu ris en t’imaginant à leur place, jamais tu n’arriverais à soulever des poids de toute manière. Tu lui tâtes les muscles. « Hum, dis-moi, j’en connais une qui fait des heures sup’… » la taquines-tu. Tu sais qu’elle a été très faible à un moment, qu’elle était mince, maigre, squelettique. Tu sais qu’elle déteste ce passage de sa vie, mais tu veux lui montrer qu’elle s’en est sortie, qu’elle est belle et forte maintenant. Qu’elle mérite d’avoir confiance en elle. Soudain tu réagis. « Ehh, mais j’suis pas un petit mouton frisé, ô délicate fleur de blé. » Elle s’allonge sur toi, avec douceur. Tu aimes ce câlin, cette pause soudaine dans a tumulte de la vie. Tu sens son cœur contre le tiens, ses cheveux s’écrasent dans tes narines, tu aimes cette odeur de douceur. Puis, tu te soulèves grâce à la force de tes magnifiques abdos -lol- et pose un délicat baiser sur son front, avant de la retourner. « La force est retournée vers son côté le plus sombre ahah. » lances-tu alors qu’elle est de nouveau allongée sur le dos. Vous êtes tellement des gamins, mais c’est tellement plus mignon. Alors que tu pensais avoir gagné, elle te retourne. Cette fois-ci tu abandonnes. Elle a gagné pour la matinée. Mais elle n’a pas gagné la guerre …

Comme dans les films, elle a toujours aimé partir loin, ailleurs que la réalité. Danser sur le toit, c’est une excellente idée. Tu culpabilises encore, ce sentiment n’a pas fini de te tourmenter. Et si elle venait te voir plus tard parce qu’elle s’était fait virer de son boulot ? Et si elle t’en voulait ? Et si elle devait faire des heures sup à cause de ta pauvre petite personne qui n’a pas été capable de rester seule une matinée ? Tu la regardes dans les yeux, mais elle a ce regard… celui qui te fait tant craquer, celui qui t’empêche de dire non. Alors elle se moque de toi. Tu as toujours des préservatifs pas loin, pour le peu que cela te sert, mais on ne sait jamais. « Déclencher une bataille d’eau n’est pas la meilleure idée du jour par contre … » lances-tu en croisant ses pupilles. Tu la connais par cœur, tu sais à quoi elle pense à cet instant précis, parce que tu as fait d’innombrables batailles d’eau avec elle. Sur le toit de cet immeuble justement. Dans la rue … mais ça vous avez arrêté, quand un gamin a ramassé une ‘bombe’ et que sa mère l’a engueulé. Vous aviez bien ri sur le coup, mais le regard de la mère … gravé dans votre mémoire. Tu la regardes encore. Elle te supplie maintenant. Dire que c’était toi qui la suppliais quelques secondes plus tôt. « Je te déteste tu sais ? Comment tu fais ce regard. Non pas lui, oui voilà lui. Celui qui me fait tant craquer. Oh ma Zo, bien sûr que je ferais tout ce que tu veux. Pour toi j’irai … non je ne vais pas te donner d’idées en fait. » Tu allais dire que tu irais faire des courses de lingeries féminine en costume de danse à paillette dans le plus grande centre commerciale du monde pour elle, mais mieux vaut éviter … elle est déjà assez pleine d’idées farfelues de la sorte. Tu la regardes et lui prend le visage entre tes doigts. « Mon cadeau du ciel, tu crois que c’est vraiment raisonnable ? Je veux dire pour ton boulot, si je me fais virer perso je m’en fous, j’ai d’autres boulots… mais toi ? Tu es sûre ? Par contre, je te jure que je t’accompagnerai faire tes heures-sup s’il le faut… » Voilà, tu culpabilises déjà alors que vous avez encore le temps d’arriver à l’heure pour son boulot. Oui, en parfait gentleman tu l’accompagnerais. Elle te regardes puis se penche sur toi pour un ultime câlin. « OK STOP. Je cède c’est bon. » Tu la serres dans tes bras et la repousses sur le côté. Tu te mets debout. « En sous-vêtement ça ira, on ne risque de croiser personne non ? » Elle se débarrasse de son pyjama (ce serait con de le mouiller quand même) et tu l’attrapes par la main. Tu entrouvres la porte, discrètement. « Shh, la voie est libre. » Et tel un ninja tu fonces dehors. Tu colles les murs, fais une galipette dans la cuisine -bah quoi ninja !- et tu ouvres la porte de l’appartement. « Couloir éteint, personne en vue… » Tu attrapes tes clefs dans le bocal à gauche de la porte et tu sors. Ce serait con d’être enfermé dehors, mouillé, en calbut. Ensemble vous montez les escaliers -dans le noir pour ne pas attirer l’attention- en riant doucement. Deux gamins. Tu forces un peu pour ouvrir la grosse porte qui mène au toit. N’oublie pas de la bloquer avec le cale porte -vous avez déjà été bloqué une fois, ça suffit- puis tu t’avances vers le milieu du toit. Puis, tu t’inclines vers elle et, dans un anglais approximatif, tu lui demandes. « Can i have this dance ? » Grande référence cinématographique, qu’elle se doit de connaître, vu qu’elle t’a forcé à regarder la trilogie un soir. Et, ensemble, vous commencez une valse, sous la pluie qui refroidit vos corps.

Emi Burton


Dernière édition par Flynn Ozborne le Jeu 5 Mar - 8:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Nullε amie nε vaut unε soεur
Les jolies choses c'était nous deux, tout ce qu'on a fait c'était pour eux. Alors les monstres qu'on les crève, sous la merde y'avait nos rêves. Je mettrai de l'or dans nos yeux pour qu'on n'est plus jamais peur d'eux.

hε's got somεthing spεcial Hε's lightning, Sparks arε flyin' and εvεrywhεrε I go hε's always on my mind and I'm goin' crazy About him latεly And I can't hεlp mysεlf from how my hεart is racing. I Think I'm rεally digging on his vibε, Hε rεally blows mε away And whεn hε's looking at mε, I wanna gεt all sεntimεntal, hε's got somεthing spεcial I can hardly brεathε, somεthing's bεεn tεlling mε maybε hε could bε thε onε...

you are the music in me ❥ I'm saying words I never said And it was easy, 'cause you see the real me, as I am, You understand and that's more than I've ever known to hear your voice above the noise and no, I'm not alone. When I hear my favorite song, I know that we belong cause you are the music in me. it's living in all of us and it's brought us here because you are the music in me.

> arrivé(e) le : 11/02/2015
> messages : 42
> pseudo : Beckybee
> avatar : emma stone
> crédits : avatar - ©lux, #arl & signature - ©crackle bones
❥ statut civil : célib-à-terre, quoi d'autre ? A-Alexander ? Ouais, tu lui files des malabars quand il en a pas... Non, non, pas du tout, il ne te plaît pas, même pas un petit peu. Bon peut-être que si, mais il ne faut pas le dire, parce que même toi t'as du mal à l'admettre.
> métier : anciennement danseuse classique, désormais vendeuse au cupncake bakery et musicienne à tes heures perdues, t'es une artiste.
> immeuble : kennedy bld
> appartement : #45A
> pêchés mignons : le fromage fondu ✽ sortir chercher le courrier à moitié à poil ✽ les bonbons et autres cochonneries en tous genre ✽ regarder les dessins animés ✽ boire de l'alcool, tequila forever, sisi ✽ l'observer discrètement ✽ mater le gros tout nu d'en face ✽ te disputer avec Zelda ✽ lui piquer ses fringues, les perdre ou les tâcher ✽ fumer à en perdre la voix ✽ glander avec Flynn ✽ t'incruster dans l'appartement d'en face
> points : 114

> More about me
> address book:
> to do list:

MessageSujet: Re: ZOEY + Peut-être que tu perds tout, mais moi si je te perds, je suis perdu Jeu 5 Mar - 2:02


you and i against the world bro'
Zoey & Alexander
Les seules fois où Oz avait tenté de te dissuader de quelques chose, c'était quand tu risquait de replonger dans le vortex infernal de la drogue, alors l'entendre débattre sur le bien fondé ou le mal fondé de te faire porter pâle aujourd'hui ça t'a fait tout drôle. Ce n'est pas méchant, il n'est pas comme ça, il fait ça pour ton bien, mais je crois que tu n'as pas souvenir qu'il ait jamais remit une de tes décisions en question, il veut te protéger rien de plus, être sur que tu fais les bons choix et surtout, que tu ne risques pas de perdre ton emploi pour aller gambader sous la pluie. Tu te dis que de toute manière, après cette journée tu auras attrapé froid à danser sous la pluie et que tu sera malade et donc mise en arrêt par le médecin, donc c'est l'esprit légère que tu décides fermement de ne pas te rendre au café aujourd'hui. « Ça va aller, ne t'en fais pas pour les heures sup', tu me verra moins pendant une semaine, c'est tout... » lui réponds-tu en sortant la carte de l'air dramatique sur ton visage de poupée alors que tu caresses sa joue doucement avant d'y déposer un baiser. Tu as à peine le temps de réaliser qu'il t'a envoyée valser qu'il est déjà debout, tu lui adresses un drôle de regard quand tu le voit se mettre en caleçon, c'est vrai qu'habiller avec ses vêtements trop larges il ne paie pas de mine, mais en sous-vêtements ou même nu c'est pas la même limonade. En secouant la tête tu retires ton pyjama et cherche à tâtons ton soutien-gorge que tu as envoyer voler durant la nuit pour te sentir plus à l'aise. T'as à peine le temps de lever les yeux vers lui qu'il te fait signe d'avancer parce que, je cite : « la voie est libre. » tu roules alors sur le lit, entraînée par tes longues jambes que tu cognes contre sa table de chevet, tu peine à te redresser et le vois filer tel un ninja, pour te mette dans le bain tu entame une jolie roue, avec cette figure tu es sensée passer la porte qu'il a laissée entre-ouverte, mais tu la rates en beauté et dans un vacarme épouvantable tu te redresses en posant ton indexe sur tes lèvres afin qu'il continue sa route vers la porte d'entrée. Tu colles ton dos contre le mur quand il annonce que le couloir lui aussi est désert et vous empruntez les escaliers, tu ricanes comme une enfant, et tu aimes ça, cette sensation, ce que tu ressens quand il est près de toi, rien d'autre n'existe et le temps d'un moment il n'y a plus rien d'autre que vous sur terre. « Mince, j'ai oublier les capotes dans la chambre ! » t'exclames-tu à voix haute avant de plaquer ta main sur tes lèvres et de le regarder avec de grands yeux, tu regardes derrière vous pour t'assurer qu'il n'y a personne alors qu'il cale la porte du toit afin que vous ne soyez pas bloqué comme la fois dernière, ça n'a pas que des bons côtés de fumer de la marijuana, certains détails, aussi petits soient-ils ont parfois leur importance, la cale de la porte, les clefs de son appartement... Je dis ça, je ne dis rien. - lol – Tu le regarde s'éloigner et tu le suis timidement, tu es émerveillée par la pluie qui tombe et la vue qui s'offre à vous, tu fais un tour sur toi-même en riant à gorge déployée, heureuse, jusqu'à ce que son anglais approximatif te ramène sur terre. « Take my hand, take a breath... » commences-tu a chanter en lui tendant la main et t'avançant vers lui, ton anglais est plus travailler que le sien, et ta voix, grand dieu ta voix est douce et mélodieuse. Tu viens te placer dans ses bras en ajoutant « Pull me close, and take one step... » toujours en chanson et vous vous mettez a danser jusqu'à ce que les paroles t'échappent, les yeux dans les yeux vous dansez, avec pour seule musique le bruit de la pluie. Tu te détache de lui en lui adressant ton plus beau sourire avant de te mettre à courir vers le rebord du toit de l'immeuble. « Ça m'avait manqué de danser sous la pluie avec toi... » tu hoche la tête de haut en bas a plusieurs reprises avant de te retourner vers Oz qui semble dans une autre galaxie. « Détends-toi un peu, t'as l'air tout crispé ! » lui lances-tu en tournant le dos au vide, les bras levés et la tête haute, les yeux fermés un instant. Puis tu cours précipitamment vers lui, tu lui saute dessus et t'accroche à lui à l'aide de tes jambes et tes bras, tel un koala à son arbre. Tu prends son visage dans tes mains, dégage dans le même temps ses cheveux bouclés qui lui collent au visage. « Tu ne me dis pas tout, je sens que quelque chose ne va pas... » tu plisses les yeux dégage ton visage de tes cheveux et ajoute le plus sérieusement du londe. « T'es enceinte, c'est ça ? »

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Friends will be friends, when you're in need of love they give care and attention. Friends will be friends, when you're through with life and all hope is lost, hold out your hand cos friends will be friends right till the end.


Je n'ai pas d'ami comme toi, oh no no no, pas d'autre ami comme toi ! Je comprends mieux le monde, en t'observant je crois que j'y vois plus clair je n'ai pas trouvé la clef du mystère, mais je m'en suis approché


J'aurai aimé t'aimer, comme on aime le soleil, te dire que le monde est beau et que c'est beau t'aimer. J'aurai aimé t'écrire le plus beau des poème et construire un empire juste pour ton sourire, devenir le soleil pour sécher tes sanglots et faire battre le ciel, pour un futur plus beau.


> arrivé(e) le : 02/03/2015
> messages : 246
> pseudo : BouLott
> avatar : jesse eisenberg
> crédits : psychadelya
❥ statut civil : célibâtard (il aime Zelda au plus profond de son coeur, mais passe plus de temps dans le lit de Zoey)
> métier : livreur de pizza
> immeuble : kennedy
> appartement : 43a (avec Alex-le-beau-gosse)
> pêchés mignons : dormir toute la journée - manger des crêpes crèmefraiche/champignon/fromage/lardon - fumer de la marijuana - squatter l'appartement d'en face - rire avec Zoey - rire avec Alex - faire rire Zelda - embêter Aiden - boire des bières - geeker.
> points : 447

> More about me
> address book:
> to do list:

MessageSujet: Re: ZOEY + Peut-être que tu perds tout, mais moi si je te perds, je suis perdu Jeu 5 Mar - 9:28


peut-être que tu perds tout, mais moi si je te perds, je suis perdu.
Zoey & Flynn
« Won't you promise that so we'll never forget we'll keep dancing whenever we go next. » Tu lui réponds avec ta voix rauque et grave. Non, toi tu ne chantes pas bien comme elle. Sa voix est douce, c’est un réel plaisir de l’entendre, mais toi non, toi c’est une catastrophe. Pourtant tu connais les paroles par cœur. Le karaoké avec elle, c’est un autre délire, mais c’est tellement courant. Et puis la scène est magique, enfin dans le film il fait d’abord beau puis il pleut. C’est l’inverse. Tant pis, vous modifiez votre vie à votre façon, c’est tellement plus beau. Et elle tourne, tourne, tourne dans les airs. A moitié à poil, sa robe ne peut pas virevolter autour d’elle dans d’élégance comme dans le film, mais elle est encore plus belle. Avec son sourire, avec ses cheveux mouillés, avec sa petite bouille d’enfant heureuse. C’était encore mieux que si tu lui avais fêté son anniversaire avec un mois d’avance, que si tu l’avais emmené à Aquaparc. Oui, tu venais de lui donner envie de vivre bien longtemps à tes côtés. Et tu aimais ça. Tu aimes sentir qu’elle t’aime. Tu aimes l’idée d’être à ses côtés pour toujours. Tu poses tes lèvres sur son front avec un baiser tout simple, un baiser de grand-frère qui jure la protection à sa petite sœur d’amour. Puis elle s’arrête de tourner, la magie est partie. Et te remercie de cette danse et tu te rends compte qu’il fait froid, elle va attraper une maladie et elle va vraiment devoir bosser comme une dingue. Tu t’en veux, tu sais que c’est bête, mais tu devrais faire quelque chose.

Alors que tu es perdu dans tes pensées elle se jette sur toi. Tel un koala elle s’accroche à ses jambes et serre ses bras contre son torse. Tu la tiens sous les fesses pour qu’elle ne puisse pas tomber et pose tes lèvres dans ses cheveux. La pluie fait exploser son parfum tu trouves en y rajoutant une touche naturelle. Tu es bien là, elle arrive presque à te calmer. Elle te questionne et sa question sonne si juste, mais tu sais que si tu lui dis que tu t’inquiètes pour elle, tu vas te prendre une -gentille- baffe, mais une baffe quand même. Tu veux alors mentir, mais la seule chose qui te vient à l’esprit c’est Zelda et jamais tu ne dois lui dire ça. Et puis maintenant que tu es là, comment vas-tu trouver une parade ? « Tu ne t’inquiètes pour rien joli cœur. Je me demandais juste si tu n’allais pas réellement attraper froid et tomber malade. Et du coup si tu es malade, tu es chez toi, et comme Zelda déteste que je sois chez vous, je ne vais pas pouvoir venir te faire des chocolats chaud toutes les heures et donc je vais moins te voir. Bref, j’ai tout à perdre que tu sois malade … » Le pire dans tout cela, c’était que c’était vrai. Tu n’as pas de mal à le lui dire, alors pourquoi avouer que tu es attiré par sa sœur et qu’elle te déteste est si dur à sortir ? Pourquoi tu n’arrives pas à le lui expliquer ? Ce serait tellement plus simple pour tout le monde. Tu soupires et embrasses son crâne une fois de plus. « Patate. » Tu ne répondis rien de plus. Que pouvais-tu rajouter après sa connerie. « Quoique, tu n’as pas tort, j’ai des envies bizarres en ce moment : des crêpes, des fraises et danser sous la pluie. Tu crois qu’il faut que j’aille faire une échographie… J’ai pas eu mes règles depuis … poulala. » Finis-tu par lâcher en riant doucement. Quelle belle paire vous faisiez tous les deux. « Mais toi, petit cœur, dis-moi, j’ai cru entendre qu’il s’était passé quelque chose avec … ta sœur ? Apparemment j’aurai servi d’alibi raté ? » murmures-tu tout penaud ? Parce que c’était vraiment con ça, tu connaissais par cœur ses dates de rencontres avec les anonymes, tu pouvais la défendre et toujours lui trouver une excuse mais le fait que Zelda t’ait VU et que toi NON, tu n’avais rien pu faire. Tu l’avais appris après coup, par un Alexander furieux en plus. « Tu as réussi à arranger les choses ? Et la réunion c’était bien ? Voilà, je savais que j’aurai du t’accompagner pour cette fois-ci, plutôt que de te laisser toute seule… Foutus horaires de merde. » soupires-tu. Tu es à la fois heureux parce que tu as dévié le sujet, à la fois tu te sens con parce que c’est parti sur Zelda. As-tu vraiment envie d’entendre parler d’elle maintenant ? Pas sûr, mais c’est trop tard. Zoey te connaît trop bien pour savoir ce qui se cache derrière ton sourire, ou derrière ta moue.

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Nullε amie nε vaut unε soεur
Les jolies choses c'était nous deux, tout ce qu'on a fait c'était pour eux. Alors les monstres qu'on les crève, sous la merde y'avait nos rêves. Je mettrai de l'or dans nos yeux pour qu'on n'est plus jamais peur d'eux.

hε's got somεthing spεcial Hε's lightning, Sparks arε flyin' and εvεrywhεrε I go hε's always on my mind and I'm goin' crazy About him latεly And I can't hεlp mysεlf from how my hεart is racing. I Think I'm rεally digging on his vibε, Hε rεally blows mε away And whεn hε's looking at mε, I wanna gεt all sεntimεntal, hε's got somεthing spεcial I can hardly brεathε, somεthing's bεεn tεlling mε maybε hε could bε thε onε...

you are the music in me ❥ I'm saying words I never said And it was easy, 'cause you see the real me, as I am, You understand and that's more than I've ever known to hear your voice above the noise and no, I'm not alone. When I hear my favorite song, I know that we belong cause you are the music in me. it's living in all of us and it's brought us here because you are the music in me.

> arrivé(e) le : 11/02/2015
> messages : 42
> pseudo : Beckybee
> avatar : emma stone
> crédits : avatar - ©lux, #arl & signature - ©crackle bones
❥ statut civil : célib-à-terre, quoi d'autre ? A-Alexander ? Ouais, tu lui files des malabars quand il en a pas... Non, non, pas du tout, il ne te plaît pas, même pas un petit peu. Bon peut-être que si, mais il ne faut pas le dire, parce que même toi t'as du mal à l'admettre.
> métier : anciennement danseuse classique, désormais vendeuse au cupncake bakery et musicienne à tes heures perdues, t'es une artiste.
> immeuble : kennedy bld
> appartement : #45A
> pêchés mignons : le fromage fondu ✽ sortir chercher le courrier à moitié à poil ✽ les bonbons et autres cochonneries en tous genre ✽ regarder les dessins animés ✽ boire de l'alcool, tequila forever, sisi ✽ l'observer discrètement ✽ mater le gros tout nu d'en face ✽ te disputer avec Zelda ✽ lui piquer ses fringues, les perdre ou les tâcher ✽ fumer à en perdre la voix ✽ glander avec Flynn ✽ t'incruster dans l'appartement d'en face
> points : 114

> More about me
> address book:
> to do list:

MessageSujet: Re: ZOEY + Peut-être que tu perds tout, mais moi si je te perds, je suis perdu Lun 9 Mar - 13:46


you and i against the world bro'
Zoey & Alexander
Tu ries en réponse à Flynn, c'qu'il peut être con celui là, ce que tu peux l'aimer ce débile, la pluie se calme un petit peu, mais tu commences à avoir froid, c'est parce que tu n'es plus en mouvement. T'es pas une frileuse mais t'as tes limites comme tout le monde d'ailleurs. Le sujet que Flynn décide d'aborder ne te plaît pas, c'est sans doute parce que ta sœur l'a encore en travers de la gorge, cette virée au milieu de nulle part, tu lui as mentis et elle t'a prise sur le fait. Tu lui mentais pour la protéger, la garder à l'écart de ton passé tumultueux, tu ne lui en as pas parlé aussi parce que tu lui en veux de ne pas avoir cherché plus loin, de ne pas avoir tenter d'entrer en contact avec toi, de ne pas avoir cherché à te voir. Tu as beaucoup à lui reprocher, tu gardes toute cette rancœur au fond de toi depuis un moment maintenant, je ne crois pas que Oz en ait jamais entendu parlé, il est peut-être temps de lui en faire part... T'as pas envie d'en parler, mais c'est différent avec lui, tu lui as toujours tout dis, c'est comme ça que ça fonctionne entre vous. « C'est compliqué, elle fait encore la tête, elle digère pas l'événement... » tu dis sur le même ton en baissant le regard un instant avant de lever tes prunelles vertes pour planter tes yeux dans les siens. Tu lui souris faiblement, le genre de sourire qui en dit long, celui-ci signifie « c'est pas de ta faute, c'est la mienne. » tu secoues la tête de droite à gauche rapidement avant de te blottir contre lui afin de le serrer très fort contre ton corps qui commence à trembler de froid. « Elle est têtue Zelda, et pire que sensible... Tu ne la connais pas, tu ne sais pas toi. » tu soupires en te redressant lentement « On n'en n'a pas encore discuter, elle rentre et s'enferme dans la chambre quand je suis là, et je t'avouerais que depuis ce soir-là, j'évite carrément d'être dans l'appartement quand elle s'y trouve déjà. » tu écarquilles tes grands yeux en hochant lentement la tête comme une enfant avant de n'attraper la main de Flynn et de le traîner à l'abri de la pluie, tu secoue chacun de tes membres pour chasser l'eau de ta peau, mais ça ne fonctionne pas des masses, tu ressembles à un petit chat trempé et c'est tout. Tu te tournes vers Oz, lui, il a perdu ses frisettes et ça t'arrache un sourire parce que tu t'approche de lui et tout en glissant tes mains dans ses cheveux tu les secoues pour les égoutter eux aussi, afin qu'ils reprennent leur forme.
« La réunion c'était... J'en sais rien, quand tu viens avec moi c'est différent, parce que j'ai l'impression que je peu rendre fier quelqu'un, tu vois ce que je veux dire ? » tu penches la tête au dessus de ton épaule en souriant, toisant le jeune homme d'un drôle d'air. Comme-ci une ampoule allait te sortir de l'oreille. « Mais d'un autre côté je m'en veux de monopoliser ton temps libre avec mes conneries... » tu souris toujours, d'avantage même. Tu sais que c'est important d'aller à ces réunions, tu sais que si tu replonges, si par malheur il t'arrivait de replonger tu y resterais pour de bon. « L'accident de voiture n'arrange rien, je tenais d'ailleurs à te dire que je trouve Alexander vachement drôle, vraiment bizarre, mais drôle, même s'il doit me haïr à l'heure qu'il est.  » tu danses sur toi même, tu remues les fesses et les bras, t'es à la limite de faire des étirements histoire de ne pas crever de froid, mais trop tard tu sais que demain tu seras malade, ça valait le coup. Alexander, Alexander... Son image traverse ta tête un instant, et tu te mords les lèvres, y'a un truc chez ce type qui fait que... Enfin quelque chose qui t'oblige à penser à lui, charmant et étrange Alexander. Mais lui, il ne s'intéresse pas à toi, et tu ne peux pas te permettre de penser à une éventuelle relation ''de couple'' parce que ça pourrait te faire beaucoup de mal, essaye déjà de faire pousser une plante quelconque et après tu pourras sortir avec qui tu veux, c'est pas vraiment gagner. Mais qu'est-ce qui te prends de penser à de telles choses ?! Tu réalises alors que Flynn n'a pas répondu à ta question, qu'avec beaucoup de souplesse il est passé au dessus du sujet, il l'a évité comme on évite une crotte de chien et ça ne lui ressemble pas de faire ça avec toi. Avec Alexander il l'a déjà fait, sous tes yeux amusés, mais jamais avec toi et pourtant Alex le connaît depuis plus longtemps que toi, mais peut-être aussi qu'Alex sait que certains sujets peuvent attendre. Tu t'accroupis comme une petite grenouille au pieds d'Oz, te balançant légèrement d'avant en arrière pour te réchauffer, tu recroqueville même tes doigts de pieds. « Flynn, je te connais depuis un moment maintenant et j'ai parfois l'impression d'avoir grandis à tes côtés... » tu commences en levant le nez vers lui « Que nous avons établit une relation de confiance mutuelle et que t'es obligé de tout me dire sous peine de mort... » d'un air très sérieux tu l'observes et tu finis par dire : « T'es sur et certain que tout va bien, t'es sur de ne rien avoir à me dire ? »

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Friends will be friends, when you're in need of love they give care and attention. Friends will be friends, when you're through with life and all hope is lost, hold out your hand cos friends will be friends right till the end.


Je n'ai pas d'ami comme toi, oh no no no, pas d'autre ami comme toi ! Je comprends mieux le monde, en t'observant je crois que j'y vois plus clair je n'ai pas trouvé la clef du mystère, mais je m'en suis approché


J'aurai aimé t'aimer, comme on aime le soleil, te dire que le monde est beau et que c'est beau t'aimer. J'aurai aimé t'écrire le plus beau des poème et construire un empire juste pour ton sourire, devenir le soleil pour sécher tes sanglots et faire battre le ciel, pour un futur plus beau.


> arrivé(e) le : 02/03/2015
> messages : 246
> pseudo : BouLott
> avatar : jesse eisenberg
> crédits : psychadelya
❥ statut civil : célibâtard (il aime Zelda au plus profond de son coeur, mais passe plus de temps dans le lit de Zoey)
> métier : livreur de pizza
> immeuble : kennedy
> appartement : 43a (avec Alex-le-beau-gosse)
> pêchés mignons : dormir toute la journée - manger des crêpes crèmefraiche/champignon/fromage/lardon - fumer de la marijuana - squatter l'appartement d'en face - rire avec Zoey - rire avec Alex - faire rire Zelda - embêter Aiden - boire des bières - geeker.
> points : 447

> More about me
> address book:
> to do list:

MessageSujet: Re: ZOEY + Peut-être que tu perds tout, mais moi si je te perds, je suis perdu Lun 9 Mar - 16:46


peut-être que tu perds tout, mais moi si je te perds, je suis perdu.
Zoey & Flynn
Et voilà, c’est toi que tu as lancé le sujet certes, mais vous parlez de Zelda. Tu es mal à l’aise, il faut que tu caches ce que tu ressens vraiment, il faut que tu évites de parler à tort et à travers. Si seulement vous pouviez changer de sujet. Tu t’approches d’elle et la serre dans tes bras, soudainement, comme pour lui transmettre de l’amour. Cet amour si fraternel. Si unique. Tu respires le bon air de ses cheveux puis tu l’admires pendant qu’elle parle. Elle bouge dans tous les sens, elle a froid il est grand temps que vous changiez de place. « Oh ce n’est pas de ma faute si je ne le connais pas, c’est limite si elle ne me chasse pas à coup de balai … Ahem. Je crois que je suis très bien dans mon appart’ en ce moment. » Tu ris, avec douceur, comme si c’était vrai. Comme si tu allais te convaincre toi-même. Tu es mauvais, mais tu ne dois pas dire. Jamais. Ou, le plus tard possible. Par contre tu es embêté quand elle te dit qu’elle évite l’appartement. « Mais tu veux que j’aille la voir, je trouverai un mensonge, je te défendrai. J’expliquerais que tu devais repeindre un immeuble parce que je l’avais dégradé et que je devais bosser et que tu me couvrais… Bon elle le haïra d’autant plus mais venant de moi elle croirait toutes les conneries du monde. Enfin, elle croirait que j’ai fait toutes les atrocités du monde, ça pourrait passer peut être ? Et en plus tu essayais de me couvrir pendant tout ce temps ? Non, dis-moi tu n’as qu’un mot à dire et j’agis. Tes désirs sont des ordres. » Il ne fallait pas que les sœurs Rose-Harper se disputent sur un sujet trop tabou pour tout le monde. Et comme tu ferais n’importe quoi pour ta Zoey… Oui, c’était possible après tout.

« Tu sais, j’aime te faire plaisir et à part toi et mes jeux je ne fais rien de ma vie. Alors ne culpabilise pas à me demander de t’accompagner, vraiment ça me fait plaisir. J’ose pas insister parce que je me dis que je ne veux pas te forcer. Oui j’suis trop mignon t’as vu ! » Et voilà comment briser un moment niais en deux mots. Il n’y avait pas à dire, tu étais vraiment très fort. Tu la regardes te mettre les mains dans tes cheveux… maintenant lisse. Tu préfères tes boucles parce qu’une fois Zoey t’a dit que tu étais beau comme ça. Soudain tu recules. Accident ? Quel accident. Tu te mords les lèvres. Elle a eu un accident ? « attends-tends-tends. Pause. Retour en arrière. Un accident de voiture, toi et Alex ? Mais pourquoi personne ne m’a rien dit ? Oh mazette. C’est pour ça, je comprends mieux son regard furieux mais bon ‘je fais comme si de rien n’était’ ok. Ok. Donc ta voiture a embouti la sienne ? Et tu ne t’es pas fait mal au moins ? Montre les bleus !» Frérot surprotecteur, bonjour. Tu l’examines de toute part, en tournant autour d’elle pas vraiment discrètement. « Et donc il est drôle ? Attend, il n’était pas énervé ? Pourquoi ya que contre moi qu’il s’excite. En même temps, comment s’énerver contre toi aussi… Et raconte-moi tout, j’imagine qu’il s’est passé des choses pour que tu le trouves drôle ? Enfin normalement ya un accident, il s’est énervé, il a eu chaud -comme d’hab- et enlevé sa veste -donc là tu as pu voir qu’il était canon- puis il y a eu le constat. Rien de drôle. Dooooonc, développe. » Lances-tu sournoisement. Si c’était elle qui parlait il y avait moins de risque que tu te dévoiles. Malheureusement elle n’était pas de ton avis. Mais comment faisait-elle pour te connaître autant ?

« Bon ok, j’avoue tout. Non mais c’est vraiment dingue comment tu fais pour me connaître comme ça ? Tu es merveilleusement chiante tu sais ? Non ce n’est pas une insulte mais un compliment dans ma bouche, je t’assure. » Tu lui secoues les cheveux avec douceur. « C’est tout con mais je me fais du soucis, tu sais au boulot ya un nouveau ? il a cassé deux motos, c’pour ça que je bosse pas aujourd’hui ils ont du réduire certaines heures pour racheter du matos et le mec il est obligé de rester encore deux mois, donc c’est la galère. Donc je me fais du souci pour le boulot parce que si la pizzéria met la clef à la porte, je me retrouve un peu dans la merde. Donc voilà, mais ne te soucie pas pour moi petit cœur, je vais me débrouiller. » Un faux sourire d’excuse s’étale sur tes lèvres, c’est vrai qu’il y a un boulet au boulot, mais il n’a cassé qu’une moto et la pizzéria est trop renommée pour mettre la clef sous la porte, donc tu es tranquille, mais plus c’est gros plus ça passe.

« Mais petite coquine, n’essayais-tu pas d’échapper à mes questions ? » Rigoles-tu en lui lançant un regard complice. Tu sais que c’est à toi que tes paroles s’appliquent et que tu devrais avoir honte de lui mentir, mais la vérité est trop dure à avouer. Cette boule dans ta gorge. « Mais avant de répondre ! On va descendre, je ne veux pas que tu meures de froid, viens-là ! » Et alors qu’elle s’approche doucement tu la prends sur ton dos. Vos corps à moitié nus se collent l’un contre l’autre et vous réchauffent. Tu cours -avec prudence quand même- vers la porte et vous descendez les escaliers. Ah, la chaleur de l’immeuble vous fait du bien après la pluie presque torrentielle. Arrivés en bas des marches tu regardes discrètement autour de vous : personne. Tu allumes la lumière : toujours personne. « Bon, Zelda et Alex doivent être au boulot maintenant, dis-moi chez toi ou chez moi ? »  Une phrase de fin de rendez-vous si célèbres et pourtant pour vous ce n’est qu’une question de porte : celle de droite ou de gauche ? Tu rigoles doucement attendant qu’elle prenne la décision.

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Nullε amie nε vaut unε soεur
Les jolies choses c'était nous deux, tout ce qu'on a fait c'était pour eux. Alors les monstres qu'on les crève, sous la merde y'avait nos rêves. Je mettrai de l'or dans nos yeux pour qu'on n'est plus jamais peur d'eux.

hε's got somεthing spεcial Hε's lightning, Sparks arε flyin' and εvεrywhεrε I go hε's always on my mind and I'm goin' crazy About him latεly And I can't hεlp mysεlf from how my hεart is racing. I Think I'm rεally digging on his vibε, Hε rεally blows mε away And whεn hε's looking at mε, I wanna gεt all sεntimεntal, hε's got somεthing spεcial I can hardly brεathε, somεthing's bεεn tεlling mε maybε hε could bε thε onε...

you are the music in me ❥ I'm saying words I never said And it was easy, 'cause you see the real me, as I am, You understand and that's more than I've ever known to hear your voice above the noise and no, I'm not alone. When I hear my favorite song, I know that we belong cause you are the music in me. it's living in all of us and it's brought us here because you are the music in me.

> arrivé(e) le : 11/02/2015
> messages : 42
> pseudo : Beckybee
> avatar : emma stone
> crédits : avatar - ©lux, #arl & signature - ©crackle bones
❥ statut civil : célib-à-terre, quoi d'autre ? A-Alexander ? Ouais, tu lui files des malabars quand il en a pas... Non, non, pas du tout, il ne te plaît pas, même pas un petit peu. Bon peut-être que si, mais il ne faut pas le dire, parce que même toi t'as du mal à l'admettre.
> métier : anciennement danseuse classique, désormais vendeuse au cupncake bakery et musicienne à tes heures perdues, t'es une artiste.
> immeuble : kennedy bld
> appartement : #45A
> pêchés mignons : le fromage fondu ✽ sortir chercher le courrier à moitié à poil ✽ les bonbons et autres cochonneries en tous genre ✽ regarder les dessins animés ✽ boire de l'alcool, tequila forever, sisi ✽ l'observer discrètement ✽ mater le gros tout nu d'en face ✽ te disputer avec Zelda ✽ lui piquer ses fringues, les perdre ou les tâcher ✽ fumer à en perdre la voix ✽ glander avec Flynn ✽ t'incruster dans l'appartement d'en face
> points : 114

> More about me
> address book:
> to do list:

MessageSujet: Re: ZOEY + Peut-être que tu perds tout, mais moi si je te perds, je suis perdu Mer 11 Mar - 16:08


you and i against the world bro'
Zoey & Alexander
« Oz, Zelda quand elle a un truc dans la tête personne ne peut la raisonner, le Seigneur lui même pourrait descendre de son nuage et tenter de lui faire changer d'avis qu'elle le renverrait dans le ciel à coups de pieds. » tu articules, sérieuse tu le regardes parce que ce n'est que la vérité,elle est têtue la Zelly, et quand elle a décider d'un truc, c'est pas autre chose. Elle est bornée et ça te rend dingue parfois, toi aussi t'es têtue, mais pas à ce point-là. « Et puis j'ai pas envie que tu te mêles de ça, ça ne joueras pas en ta faveur, vraiment, tu n'en tireras rien et elle seras encore plus fâchée. Elle est vraiment conne parfois. » tu grimace en haussant les épaules, ainsi va la vie et tu fais avec. « C'est plus compliqué que ça entre nous Flynn, ça remonte au moins à l'adolescence, c'est là que tout à commencé. » tu hausses les sourcils avant de plisser le nez, t'as pas envie d'en parler, peut-être plus tard. Vos histoires de sœurs ne regardent personne, non ? On lave son linge sale en famille, mais Flynn, c'est la famille aussi. « Elle m'a laissée tombée. » tu lâche, comme tu aurais pu le vomir, tu le dis simplement en soupirant. « Elle m'a laissée tombée alors que j'avais besoin d'elle et ça, je ne le lui pardonnerais jamais. » tu te mords l'intérieur de la joue, t'as pas envie d'en parler et en plus tu plombe l'ambiance. Il se rattrape et t'arrache des sourires, t'aime l'entendre dire que t'es importante à ses yeux, parce qu'il l'est tout autant pour toi, si non tu ne serais pas là en ce moment. Il est toute ta vie, tu sais parfaitement que si – dieu t'en garde – il devait lui arriver quelques chose, tu ne t'en remettrais pas. Mais il t'arrache de tes pensées et efface ton sourire quand il réalise pour l'accident de voiture.
« Beh... Alexander ne t'en a pas parler ? » tu lui demande timidement alors qu'il te tourne autour comme un lion en cage. « Non-non-non ! Non mais Oz, ça va je n'ai rien, je vais bien ! » tu ris en sautant sur place comme une enfant, tu gigote comme-ci son regard te chatouillait. « Il était en colère, je crois qu'il m'en veut d'avoir débouler chez vous en pyjama, mais... Il est nerveux, mais il est trop marrant, il ne vient pas de ce monde c'est sur. C'qu'il peut être étraaaange... » tu lui imite à mi voix en souriant fièrement. « Mais je crois qu'on va devenir copains, en tout cas moi j'l'aime bien ! » tu dis en hochant la tête, un immense sourire aux lèvres, avec limite des petites étoiles dans les yeux. Brève, tu as fais vite, au moins tu as parlé, et puis tu n'avais qu'une envie toi, qu'il t'explique ce qui ne tourne pas rond chez lui en ce moment. À vrai dire, tu peine à croire sa version, mais pourquoi te mentirait-il, hein ? C'est ton meilleur ami, et il e roule pas sur l'or, toi aussi le travail te prend la tête, c'est normal, ce sont des choses qui arrivent et tu ne préfères pas relever, ne mets pas en doute sa parole, il n'a aucune raison de te mentir.
« J'attendais que tu me le propose ! » t'exclames-tu en prenant place dans le dos de ton partenaire de choc qui se met à courir jusqu'à la porte et dans les escaliers. La question finit par se poser, chez lui,  ou chez toi. Hm... tu tends la jambe en direction de ton appartement et le laisse ouvrir la porte, une fois chose faite tu te laisse tomber sur le sol, les pieds d'abord et te rue vers la salle de bain pour en sortir deux serviettes de bain. « Mon amour, prends-ça et essuie-toi. » tout en t'essuyant les cheveux tu retourne dans la salle de bain et reviens avec deux peignoir et sans ta serviette. Tu enfiles le tien et dépose celui de Zelda sur le canapé, à disposition de Flynn. « J'ai la dalle, alors, moi je propose que nous fassions des cookies ! » dis-tu d'une voix impérieuse, précieuse et hautain en levant l'index, le menton haut et le torse bombé. Tu sautilles jusque la cuisine et te met à faire un brouhaha d'enfer tout ça pour sortir les ingrédients et un saladier. « Chocolat blanc ou chocolat au lait ? » tu demandes à Oz en commençant à verser la farine dans le saladier. Ton ventre gargouille si fort que même le voisin d'en dessous a dû l'entendre, tu plaque ta main contre ce dernier et grimaçant, mordillant ta langue alors que tu brises les œufs. « Pour en revenir à Alexander, oui. » tu dis en levant la tête, les mains visqueuses de blanc d'oeuf, tu en as même sur la première mèche de tes cheveux, tu as réussis à t'en mettre en t'essuyant le front avec le dos de ta main. « Je le trouve mignon, mais ça s'arrête là. » tu dis comme résolue, on se demande qui tu tentes de convaincre là. C'est un demi-mensonge, tu as besoin d'être sure que la drogue est loin derrière-toi pour envisager quoi que ce soit avec qui que ce soit, et puis c'est son meilleur ami. « Et toi alors Oz, des prétendantes dans ton lit mis à part moi, en ce moment ? » tu lui demandes en commençant à malaxer la pâte après y avoir incorporé le beurre.

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Friends will be friends, when you're in need of love they give care and attention. Friends will be friends, when you're through with life and all hope is lost, hold out your hand cos friends will be friends right till the end.


Je n'ai pas d'ami comme toi, oh no no no, pas d'autre ami comme toi ! Je comprends mieux le monde, en t'observant je crois que j'y vois plus clair je n'ai pas trouvé la clef du mystère, mais je m'en suis approché


J'aurai aimé t'aimer, comme on aime le soleil, te dire que le monde est beau et que c'est beau t'aimer. J'aurai aimé t'écrire le plus beau des poème et construire un empire juste pour ton sourire, devenir le soleil pour sécher tes sanglots et faire battre le ciel, pour un futur plus beau.


> arrivé(e) le : 02/03/2015
> messages : 246
> pseudo : BouLott
> avatar : jesse eisenberg
> crédits : psychadelya
❥ statut civil : célibâtard (il aime Zelda au plus profond de son coeur, mais passe plus de temps dans le lit de Zoey)
> métier : livreur de pizza
> immeuble : kennedy
> appartement : 43a (avec Alex-le-beau-gosse)
> pêchés mignons : dormir toute la journée - manger des crêpes crèmefraiche/champignon/fromage/lardon - fumer de la marijuana - squatter l'appartement d'en face - rire avec Zoey - rire avec Alex - faire rire Zelda - embêter Aiden - boire des bières - geeker.
> points : 447

> More about me
> address book:
> to do list:

MessageSujet: Re: ZOEY + Peut-être que tu perds tout, mais moi si je te perds, je suis perdu Jeu 12 Mar - 11:02


peut-être que tu perds tout, mais moi si je te perds, je suis perdu.
Zoey & Flynn
Elle te parle de sa sœur et tu es gêné. Tu veux en savoir plus, tu veux connaître leur relation pour les aider toutes les deux, mais tu n’oses pas. Tu vois son regard fuyant, tu vois qu’elle évite de trop en dire. C’est peut être encore trop douloureux ? Peut être qu’il vaut mieux éviter d’en parler ? Tu te mords la lèvre et la prend sur ton dos. Effaçant les paroles de ta bouche, mais les gardant dans ta mémoire. Oui, tu lui reposeras la question une autre fois, une fois où elle aura moins mal au cœur. C’est peut être mieux pour le tout monde.

Tu attrapes le peignoir de Zelda et l’enfile avec un sentiment étrange. La dernière fois que tu l’as eu en main, Zelda était nue. Tu détournes le regard et sent que cela te fait du bien, un peu de chaleur après cette pluie glacée. « Chocolaaaaaaaaaaat … moit-moit ? Dis-oui dis-oui dis-oui ! » Proposes-tu en souriant. Tu sors les deux tablettes et sort la râpe qui fais des beaux bouts de chocolats et tu mets les morceaux de chocolat blanc une assiette et bien vite tu les recouvres de ceux au chocolat noir. Comme ça si c’est mélangé elle ne pourra rien dire. Tu aimes bien les deux chocolats mais surtout tu aimes trop mélanger. « Et t’as pas des noix de macadamia ? Pour faire comme les cookies de subway ? Ils sont trop bons ! » demandes-tu avec intérêt. Tu en as peut être chez toi en fait. Tu ne sais plus.

Alors que tu es occupé à réfléchir elle parle d’Alexander de nouveau, c’est dingue ça. Il lui a vraiment tapé dans l’œil, pourtant tu dois ne pas lui dire que lui est encore traumatisé par sa présence en pyjama dans l’appartement. Tu souris. Elle le trouve drôle et amusant. C’est parfait. Ils seront tout mignons tous les deux … puis ton cœur se serre. Et si… tu étais abandonné ? Et si tu étais laissé de côté, oublié, le meilleur ami sur le banc de touche, parce sincèrement c’est ce qu’il risque de se passer, tu tiendras la chandelle un petit moment puis après out. Et ce n’est pas ce que tu veux, mais comment le lui dire ? Tu ne peux pas faire casser ce couple qui n’est pas encore au courant de l’amour qui existe entre les deux jeunes gens. Tu te mords la lèvre, parfois on dit qu’Alexander a trop d’imagination, mais voilà que toi, tu viens de partir bien loin. Tu souris. « J’avoue qu’il est drôle quand même, moi il me fait bien rire. Il est tellement timide et naïf. Tu te mettrai à poil devant lui, qu’il dirait que c’est atteinte à la pudeur et te chercherai un avocat pour te défendre. Il est dans son monde et il parle tout le temps de son travail… Il te l’a déjà dit qu’il était avocat non ? Ah, sacré Alexander. » Tu ne dois pas étendre le sujet sur lui. Il vaut mieux que vous parliez d’autre chose. Mais de quoi ? De toi ? Euh. Joker. Tu la regardes, belle comme le jour, la langue sur le côté de la bouche parce qu’elle est en train de fournir un effort en mélangeant la pâte. « Moi, et bien non. Ça doit faire un temps fou que je n’ai pas dragué dans un bar même. Non, mais je passe mon temps avec toi ou avec Alex. Et quand vous n’êtes pas là, je complote contre Aiden. Ah je t’ai pas dit ? Les poules puantes dans son casier c’était moi. » Tu en es fier, petit con. Vraiment fier de lui faire du tort alors que lui n’a rien fait d’autre que sympathiser avec ton meilleur ami. Tu te mords la lèvre. « Et sinon, raconte-moi tes derniers déboires au boulot. Ça fait longtemps que je n’y ai pas eu droit. Une petite vieille t’a renversé son café dessus ? Un mineur t’a demandé le café à la vodka avec un sourire d’ange ? Il y a eu des cupcakes en forme de pénis de nouveau ? Raconte. » Tu dois éloigner la conversation, elle a un don bon sens. Elle veut que tu parles de Zelda, mais non. Non. NON. Jamais.

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Nullε amie nε vaut unε soεur
Les jolies choses c'était nous deux, tout ce qu'on a fait c'était pour eux. Alors les monstres qu'on les crève, sous la merde y'avait nos rêves. Je mettrai de l'or dans nos yeux pour qu'on n'est plus jamais peur d'eux.

hε's got somεthing spεcial Hε's lightning, Sparks arε flyin' and εvεrywhεrε I go hε's always on my mind and I'm goin' crazy About him latεly And I can't hεlp mysεlf from how my hεart is racing. I Think I'm rεally digging on his vibε, Hε rεally blows mε away And whεn hε's looking at mε, I wanna gεt all sεntimεntal, hε's got somεthing spεcial I can hardly brεathε, somεthing's bεεn tεlling mε maybε hε could bε thε onε...

you are the music in me ❥ I'm saying words I never said And it was easy, 'cause you see the real me, as I am, You understand and that's more than I've ever known to hear your voice above the noise and no, I'm not alone. When I hear my favorite song, I know that we belong cause you are the music in me. it's living in all of us and it's brought us here because you are the music in me.

> arrivé(e) le : 11/02/2015
> messages : 42
> pseudo : Beckybee
> avatar : emma stone
> crédits : avatar - ©lux, #arl & signature - ©crackle bones
❥ statut civil : célib-à-terre, quoi d'autre ? A-Alexander ? Ouais, tu lui files des malabars quand il en a pas... Non, non, pas du tout, il ne te plaît pas, même pas un petit peu. Bon peut-être que si, mais il ne faut pas le dire, parce que même toi t'as du mal à l'admettre.
> métier : anciennement danseuse classique, désormais vendeuse au cupncake bakery et musicienne à tes heures perdues, t'es une artiste.
> immeuble : kennedy bld
> appartement : #45A
> pêchés mignons : le fromage fondu ✽ sortir chercher le courrier à moitié à poil ✽ les bonbons et autres cochonneries en tous genre ✽ regarder les dessins animés ✽ boire de l'alcool, tequila forever, sisi ✽ l'observer discrètement ✽ mater le gros tout nu d'en face ✽ te disputer avec Zelda ✽ lui piquer ses fringues, les perdre ou les tâcher ✽ fumer à en perdre la voix ✽ glander avec Flynn ✽ t'incruster dans l'appartement d'en face
> points : 114

> More about me
> address book:
> to do list:

MessageSujet: Re: ZOEY + Peut-être que tu perds tout, mais moi si je te perds, je suis perdu Lun 16 Mar - 12:52


you and i against the world bro'
Zoey & Alexander
« Noix de... » mais il est déjà trop tard, quand tu lèves le nez de ta mixture, les deux chocolats ont été mélangés ce qui te donne le sourire. Pourquoi demander à Flynn de choisir quand il peut mélanger les deux. C'est bien un homme ça, incapable de faire un choix. Tu aimerais te gratter le nez mais c'est impossible, tu as de la pâte jusque sous tes ongles et cette sensation tu ne l'aimes pas, mais t'as pas le choix, faut pétrir la pâte et c'est tout. « Je crois qu'on en a là, quelques part... » tu te retourne et te baisse pour sortir de sous l'évier un petit récipient clos remplis de noix de macadamia. Les désirs de Monsieur Ozborne sont des ordres et on ne discute pas, puis les cookies de subway sont tellement bons. Tu as foutus de la pâte à cookies un petit peu partout dans la cuisine, mais tu sais que tu nettoieras ça plus tard. « Voilà m'sieur, vos noix dans la pâtes, manque plus que le chocolat. » Tu prends une poignée de morceaux de chocolat qui restent, en majeure partie, collés à tes doigts et tu plonges les mains dans la mixture. T'as dû en faire assez pour nourrir l'armé américaine.

« Ha, il est avocat ? » tu dis gênée soudainement, t'avais pas pensé à ça, mais s'il se mettait en tête de te faire un procès pour sa voiture, s'il fait bien son travail il pourrait te trainer en justice pour n'importe quelle raison, toi t'y connais rien en matière de justice, tes seules références sont les super héros et la base du bien et du mal que tes parents t'ont inculquée. Bon après y'a aussi les lois de la rue, mais c'est pas le même délire, la rue c'est l'anarchie, la loi du plus fort. Tu l'écoutes attentivement alors que tu te mets à étaler de petits pâtés sur du papier sulfurisé, tu y mets tout ton cœur et donne même des formes à certains pâtés. Il y a un pénis, ça c'est pour Zelda, un cœur, pour Oz et des nounours, une feuille de cannabis, des chevaux, des dinosaures et j'en passe, n'oublions pas que t'es une artiste, t'es super créative. « Aiden, qui c'est lui ? » tu demandes sans lever le nez de ton papier cuisson, tu essuie même grossièrement tes mains pour mettre le four en marche. Il semble tellement absorbé par ce qu'il raconte que tu attends qu'il termine de parler, je crois qu'il s'adresse à toi, pour lui jeter une petite boule de pâte dans la tête. « Oh pardon ! » tu t'exclames, c'est à se demander si tu es vraiment désolée, parce que tu comptais lui jeter la boulette dans la tête de toute façon. « C'était à moi de parler ? » tu demandes, toujours incertaine. « Nan bah je... » tu te protège le visage en faisant le tour du plan de travail afin d'éviter les tirs de projectiles qui ne devraient pas tarder à arriver. « Ha si ! » tu te précipites sur lui et le prends dans tes bras pour le bloquer, lui éviter de prendre un peu de pâte dans l'immense saladier qui lui tend les bras. Tu le serre si fort que ta poitrine se trouve comprimée contre la sienne, mais il a plus de force que toi, ça tu le sais. « Un enfant a vomis son goûter sur mes pieds hier, j'ai cru que j'allais le frapper, je te promets ; non-ne-fais-pas-quelque-chose-que-tu-pourrais-regretter-tu-sais-que-je-t'aime-Flynn. » dis-tu très rapidement en lui souriant comme une enfant de toutes tes dents, enfouissant ton visage contre son torse pour te protéger. Tu ris comme une gamine, tu ris parce que tu sais que ça va mal se terminer et que vous allez être obligés de terminer sous la douche tous les deux. Foutus pour foutu, tu prends rapidement un peu de la mixture dans ta main et lui en met dans les cheveux avant de te mette à courir dans tout l'appartement. « Je t'aime ! » lui as-tu dis en courant, riant de plus belle.

Tu t'es perchée sur le canapé, à distance, t'en as presque perdu ton peignoir dans la course et tu agites tes mains dans tous les sens. « Alexander est vraiment avocat ? » tu relances le sujet, c'est plus fort que toi, il t'intéresse ouais, mais il ne faudrait pas que Flynn s'en rende compte parce que tu aurais le droit à un sermon digne de ce nom, pourquoi ? Parce que Flynn sait très bien que c'est déconseiller pour quelqu'un dans ton état de se mettre à s'intéresser à quelqu'un, ça pourrait foutre tes deux ans de sobriété en l'air. Mais tu l'aimes bien, t'y peu rien, c'est plus fort que toi. « Je me disais aussi qu'il était vachement calé sur les lois et toutes ces conneries, mais tu m'connais... » tu te baisse rapidement et t'écroules par terre en riant, projectile évité de justesse, dieu merci. Tu te couvres le visage de tes mains en riant. « Non, tu t'en fous de ce que je raconte, hein ?! » tu lui lance un des coussin du canapé et te remets à courir partout en riant, de la pâte à cookies va y'en avoir partout c'est sur, mais on s'en fout !

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: ZOEY + Peut-être que tu perds tout, mais moi si je te perds, je suis perdu

Revenir en haut Aller en bas
 

ZOEY + Peut-être que tu perds tout, mais moi si je te perds, je suis perdu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» peut ont mélanger Mbuma et Haplos dans un même bac?
» Aidez-moi, j'ai besoin de votre aide
» vos borders preferent ils etre dedans ou dehors ?
» Urgent pour un chien trouvé, la dame ne peut le garder...
» combien de temps nos jack restent seuls pendant travaillons?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MY NEIGHBOR IS AN ASSHOLE :: PARADISE VALLEY :: immeuble kennedy :: 4ème étage :: appartement 43A-